Après 51 ans passés au fond de la Mer Méditerranée, dans l’indifférence des autorités, l’épave du sous-marin Minerve a été retrouvée cet été. Mais cette découverte n'apporte pas toutes les réponses espérées par les familles des disparus.

La Minerve en mer en 1964, quatre ans avant sa disparition.
La Minerve en mer en 1964, quatre ans avant sa disparition. © Getty / Keystone-France/Gamma-Rapho via Getty Images

La minerve est un sous-marin français disparu, au large de Toulon, le 27 janvier 1968. Ce jour-là, la météo est dantesque, la mer est démontée par les 50 nœuds de vent qui soufflent. Le navire à propulsion diesel est en exercice. Il est annulé finalement au regard des conditions climatiques. L’avion de surveillance qui assure la communication rentre. Mais pas la Minerve et ses 52 membres d’équipage, majoritairement de très jeunes hommes. 

Pendant un demi-siècle, le sort de la Minerve n’intéressera personne. Sauf évidemment, les familles, les proches des disparus. Terrible sentiment d’abandon des femmes, des mères, des fils, des frères de ces marins, seuls devant le mutisme de l’armée. 

Gérard Ampen a perdu son frère Pierre, pas encore 18 ans, dans le drame de la Minerve en 1968.
Gérard Ampen a perdu son frère Pierre, pas encore 18 ans, dans le drame de la Minerve en 1968. © Radio France / Nathalie Hernandez

Mais tout change le 5 février 2019 avec la déclaration de la ministre des Armées Florence Parly : elle annonce la reprise des recherches.

Une armada technologique, scientifique, humaine est déployée. Une coopération principalement militaire - mais avec un appui civil - est en mise en place pour retrouver l’épave. C'est chose faite le 21 juillet dernier. 

La Minerve repose à 2370 mètres de profondeur. Le sous-marin ne sera pas renfloué, il devient un sanctuaire maritime, un cimetière pour les familles des sous-mariniers. Elles devront se contenter de cette découverte à défaut d’avoir toutes les réponses à leurs nombreuses questions. 

"Les Mystères de la Minerve", c’est un reportage de Nathalie Hernandez, et Marco Darras à la prise de son. 

Réalisation : Violaine Ballet, assistée de Victoire Faure et Martine Meyssonnier

Mixage : Julien Doumenc

Programmation musicale

  • God(s) JEAN-MICHEL BLAIS
  • Mtavary NIKAKOI                                                                                       
  • Feelings for something lost in two parts LIBRARY TAPES 
  • Dear garden OURS SAMPLUS 
  • Endless cultural turnover JACQUES                                  
  • Dragon Pom Z POLO & PAN 
  • La dernière valse MIREILLE MATHIEU                              
  • Cane shuga GLASS ANIMALS                                           
  • Stokjes BANABILA & MACHINEFABRIEK  
  • BOF Les Aventuriers / Enterrement sous-marin FRANCOIS DE ROUBAIX
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.