Forêt tropicale humide de la Guyane
Forêt tropicale humide de la Guyane © Radio France

A la fin de l’année Paris accueillera des représentants de la planète entière pour discuter de l’environnement, des changements climatiques et de la façon d’en réduire les effets.

Avecla Guyane , la France possède l’un des territoires les plus riches au monde dans le domaine de la biodiversité. Ainsi, on estime que ce département, grand comme l’Autriche, et couvert en quasi-totalité par la forêt amazonienne recèle 100 000 espèces d’insectes.

L’immense majorité reste à répertorier. Des scientifiques, français mais aussi étrangers, s’emploient à ce recensement colossal. En deux décennies, une centaine de variétés d’arbres ont été découvertes. Un seul hectare de forêt guyanaise héberge plus d’essences que toute l’Europe. L’opération de recensement est d’autant plus énorme qu’en Guyane la nature est souvent impénétrable.

Depuis 2007 le Parc National de Guyane couvre 34 000 km2, la superficie d’un pays comme la Moldavie. Ses règles proscrivent toute construction en dur, de même que la pêche ou la chasse à but commercial.

Mais l’immensité de l’espace et la maigreur des effectifs de gardes forestiers et de gendarmes ne parviennent pas à endiguer les bataillons de chercheurs d’or clandestins, dont les activités polluent les cours d’eau. Si la majorité des 240 000 Guyanais habitent le littoral, la vie et le sort de ceux de l’intérieur sont intimement liés à la forêt.

Un reportage de Yann GALLIC présenté par Pascal DERVIEUX

Prise de son Benjamin Chauvin

Réalisation d’Anne Lhioreau, assistée de Christine Kern et Stéphane Cosme

Les liens

La réserve naturelle des Nouragues

La station scientifique du CNRS aux Nouragues

Site du magazine Une saison en Guyane, de nombreux articles consacrés à l’environnement

Les conséquences du changement climatique en Amazonie

Biodiversité : à qui profiteront les ressources de la Guyane ?

Site d'informations sur l'orpaillage illégal

"La voie de l’abattis", un webdoc sur l’agriculture traditionnelle en Guyane

Pandamazonie, le blog du WWF Guyane

Paris 2015 Cop 21 La France va accueillir et présider la vingt-et-unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris 2015 » du 30 novembre au 11 décembre 2015. C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus des Nations unies, et aussi au sein de l’Union européenne, qui occupe une place importante dans les négociations sur le climat.

Parc amazonien de Guyane Les parcs nationaux français sont des combinaisons d’espaces remarquables, de biodiversité protégée et d’un mode de gestion qui leur permet d’en préserver les richesses. Ils sont marqués par une forte volonté d’y concilier protection de la nature et développement des activités humaines, dans le respect des usages, des traditions et des modes de vie. La distinction d’un territoire au titre de parc national est une distinction prestigieuse, bénéficiant d’un rayonnement international, qui reconnait à la fois un territoire remarquable et une gestion environnementale exigeante.Zone de coeur et zone d’adhésionDeux zones se distinguent au sein du territoire d’un parc national : la zone de cœur et la zone d’adhésion.La zone de coeur : l’Etat veille et donne la priorité à la conservation des patrimoines exceptionnels du parc national. La zone de coeur dispose d’une réglementation spécifique.La zone d’adhésion est un espace où la priorité est donnée au développement local et adapté des activités humaines dans le respect de l’environnement.

Interception, Guyane la fièvre jaune On extrait du sol guyanais environ 3 tonnes du métal jaune par an.En tout cas de façon officielle. Car des milliers de Garimpeiros, ces mineurs clandestins venus des pays voisins jouent en permanence au chat et à la souris avec les gendarmes ou les militaires français chargés de protéger le territoire et ses ressources.Cette situation oblige la République à maintenir sur place un important dispositif. Et il arrive que les interventions contre les orpailleurs clandestins tournent mal : au printemps dernier, deux militaires français ont trouvé la mort au cours d’un affrontement.Outre le préjudice économique que les Garimpeiros font subir à la France, ils occasionnent aussi  des dégâts écologiques considérables, perforant le sol à l’aide de puissantes lances à eau qui laissent les lieux dans un état pitoyable, au détriment des populations indiennes qui y vivent.Pour Interception, Stéphane Cosme et Laurent Macchietti ont suivi des opérations coup de poing de la gendarmerie. Ils ont aussi rencontré ces mineurs venus du Brésil ou du Surinam, et qui espèrent échapper à la misère, parfois au péril de leur vie.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.