Rediffusion de l'émission du 8 mars 2020. Une semaine avant le premier tour des élections municipales, nous vous proposions un reportage sur l’explosion de la pratique du vélo, et sur son importance dans le scrutin qui s’annonçait.

Le pont de pierre à Bordeaux est interdit à la circulation automobile (sauf taxis) depuis juillet 2018. Il passe chaque jour 10 000 vélos et 7 000 piétons.
Le pont de pierre à Bordeaux est interdit à la circulation automobile (sauf taxis) depuis juillet 2018. Il passe chaque jour 10 000 vélos et 7 000 piétons. © Radio France / Vanessa Descouraux

De fait, la bicyclette a bien été l’une des vedettes de cette élection. La mobilité et les déplacements urbains figuraient en bonne place dans la plupart des programmes des candidats. Et peut-être bien qu’à Tours, par exemple, l’une des villes qui a élu un maire écologiste et où nous emmène ce reportage, les difficultés de circulation des cyclistes ont joué un rôle.

Il faut maintenant voir si les changements politiques vont se traduire par des changements pratiques. Dans les grandes villes notamment, il va falloir modifier de nombreux éléments de voirie. Car pour se déplacer à vélo, il faut être certain de pouvoir le faire en sécurité, il faut pouvoir garer sa machine aisément, et éventuellement, être assez en forme pour dominer les dénivellations rencontrées.

En 2018, il s’était vendu 340 000 vélos à assistance électrique en France, une progression de 21% ( ! ) par rapport à 2017. On peut parier sur une hausse encore plus importante en cette année particulière, durant laquelle l’usage des transports en commun a été entravé par les mesures de distanciation physique. Pour mémoire, toutes catégories confondues, le marché annuel français est d’environ 2 millions 700 000 unités. Et le succès de la prime gouvernementale pour la réparation d’un vélo ancien indique que de nombreuses machines vont revenir sur le bitume : fin juillet, 400 000 chèques avaient été distribués.

Un Français sur 5 habitant une ville de plus de 100 000 habitants pédale pour aller travailler (on les appelle depuis peu les « vélotafeurs »). Mais la cohabitation avec les autres modes de transport (et particulièrement la voiture) reste… compliquée.

Pour ce reportage, réalisé entièrement à vélo (et en train pour les déplacements de ville à ville), Vanessa Descouraux s’était rendue dans une des villes les plus « cyclables » de France. Bordeaux est cinquième du classement établi pour les villes de plus de 200 000 habitants, par la Fédération des Usagers de la Bicyclette. La FUB qui tenait justement son congrès quelques jours avant les municipales, dans la capitale aquitaine.

« Municipales, l’échappée belle du vélo », c’était un reportage de Vanessa Descouraux, diffusé le 8 mars dernier, avec une prise de son en selle de Laurent Lucas, réalisation Violaine Ballet, mixage, Mathieu Touren.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.