Interception vous propose un regard sur la Martinique, une société « complexe et complexée » selon la définition d’Aimé Césaire. L’île aux fleurs a du mal à attirer les touristes, qui préfèrent Cuba ou Porto Rico, bien moins chères et plus accueillantes. Les croisières désormais passent au large sans s’arrêter, les seules lignes régulières d’avion sont françaises et les hôtels ne font pas le plein. Or l’industrie du tourisme était devenue la première ressource de l’île, car la banane est sous perfusion. Elle dépend des subventions européennes. Et la canne à sucre, aidée par l’Etat, ne sert plus qu’à faire le meilleur rhum du monde. Dans le grand bain de la mondialisation libérale, la Martinique – entourée de pays à la main d’œuvre bon marché, traîne de sérieux problèmes structurels. C’est un reportage de Valérie Cantié . Fort-de-France, ville fragile ? Denis Martouzet Anthropos, 2001 Martinique, Terre de Rhum Dirigé par Florette Camard-Hayot Photographies de Jean-Luc de Laguarigue Traces, 1997 Martinique, Dominique et Sainte-Lucie Lonely Planet, 2001 Peau noire, masques blancs Frantz Fanon Seuil, 1971 Texaco Patrick Chamoiseau Gallimard, 1994 Cahier d'un retour au pays natal Aimé Césaire Présence Africaine, 1971 Moi, laminaire... Aimé Césaire Seuil, 1991

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.