En ce début d'été, Interception vous emmène en voyage. Un voyage sensoriel, à la découverte des secrets de fabrication du parfum.

Des narcisses sur les Monts d'Aubrac
Des narcisses sur les Monts d'Aubrac © Radio France / Béatrice Dugué

La fleur est la matière première du parfum. Elle est diverse, elle est multiple: rose, jasmin, mimosa, lavande...  Nous avons choisi le narcisse car c'est une fleur qui pousse naturellement en France, à 1000 mètres d'altitude, sur les plateaux de l'Aubrac entre la Lozère et le Cantal. 

Béatrice Dugué et Christophe Papon ont arpenté les champs de narcisses à l'heure de la récolte.  "L'odeur du narcisse c'est juste merveilleux", explique Béatrice Dugué au milieu des narcisses.
"C'est un peu sucré. ça exhale le parfum quand on marche sur les fleurs. C'est un endroit d'une quiétude absolument formidable."  

Des cueilleurs de narcisses
Des cueilleurs de narcisses © Radio France / Béatrice Dugué

Après la cueillette, nos reporters ont suivi les fleurs à la trace,dans la camionnette de Robert Gabrillargues le collecteur, puis jusque dans l'usine où l'on en extrait la concrète à Aumont-Aubrac.
Cette pâte dure est la première étape du processus de transformation.  

L'usine IFF à Aumont-Aubrac où les fleurs sont transformées en concrete
L'usine IFF à Aumont-Aubrac où les fleurs sont transformées en concrete © Radio France / Béatrice Dugué

"Le métier ici dans l'usine c'est de concentrer 1500 kilos de fleurs, en trois kilos de concrète et un kilo d'absolue pour en faire des extraits qui soient utilisables par les parfumeurs", détaille Christophe Sireyjol, directeur de l'usine IFF (ex Sadev) en charge de la transformation du narcisse.  

La concrète est elle-même acheminée vers Grasse, où elle est diluée à l’alcool puis filtrée, pour donner l’absolue. C'est le nectar de la fleur, une fragrance très concentrée qui est envoyée chez les parfumeurs.   

Le laboratoire Monique Rémy (IFF) à Grasse où la concrete est transformée en absolue
Le laboratoire Monique Rémy (IFF) à Grasse où la concrete est transformée en absolue / Grégoire Mahler

Ceux que l'on appelle "les nez" seront chargés de trouver la bonne formule pour en faire un parfum, qui se distingue et qui vous distingue.  "Un parfum ça vous permet de signer qui vous êtes. Vous ne choisissez pas au hasard un parfum", explique Sabine Raynal, spécialiste de l'olfaction et enseignante à l'ISIPCA* à Versailles.   
"Vous choisissez en fonction de ce que vous voulez exprimer et de qui vous voulez séduire. Donc du message que vous voulez envoyer à l'autre. C'est un outil de séduction et de communication. C'est presque tribal."  

"Narcisse, la quête de l'absolu(e)", c'est un reportage de Béatrice Dugué et Christophe Papon.
Réalisation: Violaine Ballet assistée de Stéphane Cosme.
* ISIPCA: Institut supérieur international du parfum, de la cosmétique et de l'aromatique alimentaire

Aller plus loin

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.