Dans le domaine de la lutte contre la corruption, c’est peu dire que l’exemple vient d’où on ne l’attend pas.

La lutte contre la corruption. La voie roumaine
La lutte contre la corruption. La voie roumaine © Radio France / Pascal Dervieux

La Roumanie, l’un des deux derniers pays entrés dans l’Union Européenne, dispose aujourd’hui d’un outil tout à fait unique pour assainir la vie politique et celle des affaires. Des domaines gangrénés par une vieille tradition locale : celle du pot de vin. La Direction Nationale Anticorruption regroupe une centaine de procureurs, des « incorruptibles » qui n’hésitent pas à faire tomber les têtes, qu’elles soient celles de ministres en poste, de hauts fonctionnaires ou de chefs d’entreprise.

Une femme dirige ce parquet spécial : elle est adulée des Roumains, qui l’appellent par son prénom pour l’acclamer : Laura. Laura Codruta Kövesi mène ce combat. Mais elle n’est plus seule. Depuis le début du mois de février, des dizaines de milliers de simples citoyens se réunissent sur les principales places des villes, dont la place de la Victoire, face au siège du gouvernement dans le centre de Bucarest. Ils dénoncent la corruption généralisée de leur classe politique et réclament le départ du premier ministre et de son cabinet : des anciens communistes pour la plupart.

Reportage de Pascal Dervieux.

Prise de son : Nicolas Mathias. Mixage : Stéphane Desmond. Réalisation d’Anne Lhioreau, assistée de Stéphane Cosme et Zohra Bensmaïli.

Pour aller plus loin :

Avec l'aimable concours de la documentation sonore de Radio France.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.