En 1947, Staline lance un appel insistant aux Arméniens de toute l’Europe : « Revenez au pays, bâtissez l’Arménie moderne ! » Claude a sept ans, Jean en a vingt quatre. Leurs parents sont arrivés en France après le génocide de 1915. Comme 100 000 autres compatriotes, dont 6000 français, ils partiront en famille en République Soviétique Arménienne, aveuglés par la propagande communiste et pleins d’espoir à l’idée de construire un nouveau pays. Si on avait su... ! lache Jean dans un soupir, dont les illusions s’envolent dès le premier jour : affaires personnelles saisies, passeports confisqués... l’Arménie qui les attend n’est pas celle dont leurs parents avaient rêvé, mais celle de Staline, avec ses habitats délabrés, la faim, le froid, et la déportation pour ceux qui critiquent le régime. Piégé par le rideau de fer, Jean mettra 23 ans avant de réussir à rentrer en France. Claude est toujours à Erevan. Ses trois frères aînés, naturalisés en 1937 ont pu revenir au pays. Pas lui. Il est né sous le régime de Pétain et n’a jamais pu obtenir la nationalité française : Pourquoi ? Pourquoi, moi qui suis français… je suis toujours ici ? dit-il avec rage à Hubert Huertas. BibliographieLes naufragés de la terre promise Robert Arnoux Edition Edisud, 2004 Le Kemp : une enfance intra-muros Jean Ayanian Edition Parenthèse, 2001 Piégés par Staline Nicolas Jallot Edition Belfont Raconte une autre histoire, celle des 6000 français enthousiastes partis rejoindre L’URSS à partir de 1946

L'équipe

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.