Grâce au développement du numérique, tout le monde donne son avis sur tout et sur tout le monde : les chauffeurs, les livreurs, mais aussi, les hôteliers, les restaurateurs et même les médecins. Malheur à qui n’atteint pas l’excellence, sa réputation peut en être durablement ternie.

Évaluations d'un chauffeur de VTC
Évaluations d'un chauffeur de VTC © Radio France / Valeria Emanuele

Rediffusion

On ne le sait pas toujours, mais les chauffeurs de VTC ont une épée de Damoclès au-dessus de la tête : non seulement, il doivent conduire leurs clients à bon port, payer les traites de la voiture, mais en plus, il faut qu’ils arrachent à leurs passagers non pas une bonne mais la meilleure des  notes pour pouvoir continuer à travailler pour la plate-forme. 

Leurs confrères-collègues qui pédalent pour des plates-formes de livraison à vélo savent eux, qu’une note simplement bonne, les condamnera à travailler sur les moins bons et donc les moins lucratifs des créneaux horaires…

Et c’est ainsi : aujourd’hui, grâce au développement du numérique, tout le monde peut donner son avis sur tout et sur tout le monde : les chauffeurs, les livreurs, mais aussi, les hôteliers, les restaurateurs et même les médecins. Malheur à qui n’atteint pas l’excellence, sa réputation peut en être durablement ternie, et son activité même, peut être mise en péril.

Dans certaines grandes entreprises (qui s’en défendent), l’évaluation par les clients peut même être utilisée comme outil de gestion du personnel : pas assez de bonnes notes, et c’est une prime, ou un espoir d’avancement qui s’envole.

Le plus souvent, le client dont on sollicite l’avis n’a même pas conscience de ce super-pouvoir, et c’est à son insu qu’il est l’auxiliaire de cette nouvelle dictature de la note. 

Déjà diffusé le 9 septembre, « Tous évalués, tous menacés », c’est un reportage de Vanessa Descouraux. Mixage Valentin Hazan. Réalisation, Violaine Ballet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.