Depuis trois ans, dans le sillage de Yuka, de nombreuses applications aident les consommateurs à décrypter les étiquettes des produits qu'ils consomment. Résultat: les consommateurs ont tendance à se détourner des produits industriels et cherchent des produits plus sains (bio, locaux, en vrac).

Un client utilise Yuka dans un supermarché
Un client utilise Yuka dans un supermarché © Radio France / Géraldine Hallot

Vivre autrement, c’est un mot d’ordre qui a pris encore plus d’épaisseur avec la crise sanitaire que nous traversons.
Vivre autrement, c’est habiter autrement, se déplacer autrement, et surtout, consommer autrement.
Depuis quelques années déjà, la préoccupation alimentaire prend de l’importance.
Mouvements de parents d’élèves dans les cantines, quête du bio dans les supermarchés ou du local sur les étals des commerçants, sont monnaie courante. 

Sur la vague des valeurs écologistes qui submerge petit à petit nos modes de vie, émerge l’écume des crises à répétition, de la "vache folle" il y a juste 20 ans, au plus récent scandale du lait infantile Lactalis à l’automne 2017. Nous sommes tous fondés à interroger le contenu de nos assiettes et de son impact sur notre santé. 

Sur cette vague surfent par exemple les créateurs d’applications spécialisées comme Yuka (14 millions de téléchargements en France, 20 millions dans le monde), Foodvisor et autres Open Food Facts.
Avec un succès qui semble déranger : la Fédération des entreprises françaises de charcuterie-traiteur vient par exemple de mettre Yuka en demeure de faire disparaître un certain nombre de ce qu’ils appellent "des allégations sans fondement scientifique".
Le consommateur n’est plus forcément en quête du meilleur prix, mais de la meilleure qualité ou du produit le plus local ou encore le plus saisonnier, les industriels de la distribution et de l’agroalimentaire ont fini par le comprendre. 

Certains ont vu arriver la vague plus tôt que d’autres.
Entre ce qu’on appelle en bon français le greenwashing et l’évolution normale d’une production, les étiquettes sont en train de changer dans les supermarchés, alors que les marchés traditionnels connaissent un regain d’intérêt. 

"Alimentation, les consom’acteurs prennent le pouvoir", c’est un reportage de Géraldine Hallot.
Nous vous ferons découvrir les coulisses de Yuka et d'Etiquettable (une autre application qui parle de nutrition).
Nous entendrons le fondateur du Nutriscore et une chercheuse du CREDOC (Centre de Recherche pour l'Étude et l'Observation des Conditions de Vie) qui analyse les habitudes de consommation depuis 30 ans.
Nous irons aussi chez Intermarché et Fleury-Michon, deux entreprises du secteur agro-alimentaire qui font la chasse aux additifs, quand le reste du secteur traîne des pieds.

Arthur Gerbaut, Thomas Robine, François Rivalan se sont succédé à la prise de son.
Réalisation Juliette Medevielle, assistée de Martine Meyssonnier. Mixage : Bruno Mourlan.
Documentation: Sabine Bonamy.

Pour aller plus loin

A LIRE :
Le guide Yuka de l'alimentation saine (Editions Marabout)
Les bons conseils de la Fée Sana (livre pour enfants)

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.