Cinq ans après la chute des Taliban, Interception part ce dimanche en Afghanistan. Sous le régime des Taliban, plus de cinéma, plus de télévision. La conception talibane de l’islam interdisait toute représentation d’êtres humains ! En 2001, les archives cinématographiques et audiovisuelles du pays ont failli subir le même sort que les Bouddhas de Bamiyan. Mais une poignée d’employés courageux d’Afghan films et de la Radio Télévision Afghane ont réussi à sauver ce patrimoine : Faux plafonds et portes dérobées abritaient les précieuses bobines, tandis que des copies ou des rushes sans intérêt étaient livrés aux Taliban ! 30 000 heures de radio, 15 000 heures de télé ont ainsi été sauvées. On y voit Kaboul au temps des mini-jupes et des femmes non voilées. Ces archives sont aujourd'hui restaurées, numérisées et triées grâce à l’aide de l’Institut National de l’Audiovisuel français, l’INA. C’est un reportage de Corinne Audouin.

liens

[Chantiers ouverts](http://www.lefigaro.fr/culture/20060420.FIG000000139_chantiers_ouverts.html "Trois fonds d'archives différents sont l'objet de réhabilitation et transferts en Afghanistan.br /

Enquête pour le quotidien Le Figaro.")

Trois fonds d'archives différents sont l'objet de réhabilitation et transferts en Afghanistan. Enquête pour le quotidien Le Figaro.### Des images pour mémoire

Interdits par le régime des taliban, le cinéma, la radio et la télévision brisent peu à peu leurs chaînes. Avec l'aide de la France et de son Institu

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.