Aujourd’hui, retour sur le premier tour de l’élection présidentielle.

Bar dans la ville de Saint Amand Montrond
Bar dans la ville de Saint Amand Montrond © Radio France / Delphine Evenou

On a beaucoup parlé des fractures (sociale, géographique, sociologique) qui ont qualifié Marine Le Pen et Emmanuel Macron pour la finale du scrutin. La thèse de deux France se faisant face, l’une urbaine, diplômée, pro-européenne, l’autre rurale, peu instruite et nationaliste est la plus souvent retenue.

Mais comme le fait observer l’économiste géographe Frédéric Gilli, les choses sont un peu moins simples : « Dans aucune région, le total Macron-Le Pen ne dépasse 51% des votes exprimés et ils ne sont tous les deux en tête que dans six régions sur treize ».

Agriculteurs à Saint-Armand-Montrond
Agriculteurs à Saint-Armand-Montrond © Radio France / Delphine Evenou

Pour appréhender cette complexité, nous nous sommes rendus dans deux régions qui ne focalisent pas toujours l’attention. Vanessa Descouraux est allée dans la région de Saint-Nazaire aux confins de la Bretagne et des Pays de la Loire, terre ouvrière et fief de gauche, où malgré la bonne santé actuelle des chantiers navals, le vote Front National s’enracine. Et Delphine Evenou a sillonné la région Centre Val-de-Loire. Une région « tempérée » où Marine Le Pen devançait Emmanuel Macron de quelques milliers de voix seulement au soir du premier tour. Première étape à Saint-Amand-Montrond. Dans cette sous-préfecture du Cher, au centre de l’hexagone, six voix seulement séparent les deux finalistes.

Reportage de Vanessa Descouraux et Delphine Evenou.
Prise de son : Christophe Papon et Pierre Quintard.
Réalisation : Anne Lhioreau, assistée de Elise Amchin et Lucile Valeri.

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.