Pendant quelques semaines, les flonflons du ballon rond ont fait oublier le profond ressentiment de la Corée du Sud à l’égard de son ancien colonisateur, le Japon. Les deux pays viennent de vivre de grands moments de fierté nationale qui n’effacent pas les très mauvais souvenirs laissés en Asie par l’armée nipponne… Interception est consacrée dimanche à la manière dont le Japon fait face à son passé. Soixante ans après Pearl Harbor, le pays du Soleil Levant continue de se présenter en victime de la guerre, en pays martyr, avec les symboles d’Hiroshima et de Nagasaki. Oubliées, niées ou minorées : les années noires de l’armée impériale de 1937 à 1945, le massacre de Nankin en chine, les « femmes de réconfort » en Corée… Le négationnisme à la japonaise s’affiche sans complexe dans des publications populaires comme les mangas, et s’insinue jusqu’aux manuels scolaires. C’est un reportage d’Alain Lewkowicz et Frédéric Lavignette . Japon, société camisole de force Masao Miyamo Ed. Picquier Le Japoscope 2001 Ed. Ilyfunet D'Edo à Tokyo : mémoires et modernités Philippe Pons Ed. Gallimard

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.