Au 1er juillet, le congé paternité passe de 11 à 28 jours dont 7 obligatoires. Un avancée incontestable pour les associations qui demandaient l'allongement de ce congé, mais c'est encore bien loin de ce que proposent les sociétés les plus avancées.

A partir de ce 1er juillet, le congé paternité passe de 11 à 28 jours. Sept seulement seront obligatoires.
A partir de ce 1er juillet, le congé paternité passe de 11 à 28 jours. Sept seulement seront obligatoires. © Getty / Peter Dazeley

Le célèbre neuropsychiatre Boris Cyrulnik s’est vu confier une mission sur les 1000 premiers jours de l’enfant. C'est une période essentielle pour les bébés, pour leur bon développement et leur construction. 

Dans le rapport remis en septembre dernier, il est évidemment question de l’enfant, mais aussi des parents : de l’isolement de la mère après la naissance, des dépressions périnatales, elles sont de plus en plus dépistées. Mais il a été largement question de la place du père ou plus largement du 2ème parent. 

D’où cette préconisation formulée par la mission composée d’une vingtaine de spécialistes de la petite enfance : un congé paternité de 9 semaines. 

Mais l’exécutif a tranché, à partir du 1er juillet ,ce sera un mois. Quatre semaines au lieu des 11 jours en vigueur depuis le début des années 2000. Ce congé a peu à peu trouvé sa place. 

La volonté de plus en plus affichée des pères de prendre une poignée de jours a aidé les entreprises à évoluer sur la question.  

Malgré ce lent changement des mentalités, les plus précaires ou les plus pressurisés, comme les indépendants ou les cadres, ne se permettent pas ce que les salariés plus stables ont acquis comme un quasi réflexe.

L'allongement du congé à 28 jours est une avancée qui colle à l’époque, mais c’est encore bien en deçà de ce qu’espéraient les associations qui visent la parité, à savoir l’équivalent du congé maternité et ses 16 semaines. 

Sur les 28 jours de ce nouveau congé paternité, seulement 7 seront obligatoires immédiatement à la naissance de l’enfant…  

Les trois jours dits de naissance sont toujours pris en charge par  l’employeur, les 25 autres seront indemnisés par la Sécurité  Sociale en fonction du salaire journalier du salarié. 

Aujourd’hui trois pères sur dix ne prennent pas leur congé paternité actuel. Il ne faut pas confondre avec un congé parental, plus long, à prendre après la naissance de l’enfant. 

Là ils sont très peu nombreux à s’engager sur trois, quatre voire six mois à la maison pendant que la mère reprend son activité professionnelle. 

“Un congé paternité plus long : un progrès bien timide"

Reportage de Magali Fichter avec Hélène Langlois  à la prise de sons.

Réalisation Violaine Ballet avec l'aide de Martine Meyssonnier

Mixage : Dhofar Guerid

POUR ALLER PLUS LOIN :

Cinq ans après la réforme du congé parental, les objectifs sont-ils atteints ? OFCE et Sciences Po, 06/04/2021

L’entreprise, acteur déterminant du congé paternité Le Monde, 24/09/2020

Le congé paternité dans les pays de l'Union européenne Toute l’Europe, 03/10/2020

Le confinement a-t-il joué en faveur d’un plus long congé paternité ? The Conversation, 21/09/2020

Et si la France repensait le congé paternité et offrait (enfin) plus d’égalité aux femmes ? The Conversation, 20/01/20219