La sexualité à l'âge où les corps se découvrent, le sexisme à l'âge où les corps s'émancipent, l'égalité à l'âge où elle doit prendre forme. La fragilité de l'âge adolescent et des sujets sensibles que les lycéens du lycée Voillaume abordent sans tabous dans une langue sincère et mature. Interclass Saison 5 Episode 2

Un des studios  Interclass' aménagé au CDI du lycée Voillaume
Un des studios Interclass' aménagé au CDI du lycée Voillaume © Radio France / Eric Valmir

"A force de nous dire, que nous lycéens des quartiers en banlieue, on a moins de chance d’accéder aux grandes écoles que les blancs parisiens des établissements huppés, on finit par le croire, mais c'est un discours qu'on nous met dans la tête et qu'on doit rejeter".  La phrase est prononcée d'une voix timide mais sur un ton convaincu, presque rageur. Sa voisine secoue la tête, exprime une grimace : "n'empêche qu'un 15 de moyenne en banlieue n'a pas la même valeur qu'un 15 à Paris centre et ce n'est pas une question de niveau, c'est dans les têtes. On doit fournir deux fois plus d'efforts, et c'est en ça que nous ne sommes pas égaux". 

D'Aulnay-Nord, Paris parait bien loin. Les lycéens attendent la destruction du Galion, cette barre d'immeuble qui délimite l'enclave de la cité, du "zoo" ironise même Hind. Dans quelques années, le Grand Paris rendra le passage du périph plus facile, l'espoir est ainsi formulé. En attendant, Paris parait si loin pour des lycéens qui n'y vont pas souvent, pour ne pas dire jamais. Quand pour Interclass, le groupe qui travaillait sur la culture s'est rendu en reportage au théâtre du Rond Point, les élèves en ont profité pour faire quelques pas sur les Champs Elysées et les bords de Seine. Émerveillement et selfies révèlent le décalage d'une jeunesse confinée dans ces quartiers. 

Dans ce numéro d'Interclass tourné au CDI du lycée Voillaume les conversations ont tourné autour de la culture, du désintérêt des élèves pour les théâtres et les musées dans lesquels ils ne se reconnaissent pas, seul le cinéma attire cette génération qui choisit ses films à partir des bandes annonces sur téléphone....  La sexualité des adolescents et la question du consentement, où si les filles saisissent la complexité de la question, c'est une notion plus abstraite pour les garçons, et fort logiquement, c'est la question du sexisme qui est porté par les filles de la classe, un sexisme qu'elle découvre dans leurs quinzième année. 

Equipe France Inter : Yann Gallic, Vincent Pellegrini, Fanny Leonor Crouzet, Elodie Vilfrite, Patricia Martin, Sixtine Lys, Philippe Bardonnaud avec la participation de l'Institut Pratique du Journalisme. 

Rédaction en Chef et Production : Eric Valmir. 

Réalisation : Lilian Alleaume 

Programmation musicale :  Booba "DKR" et Bosh "Défilé" choisis par les élèves d'Interclass avec la bénédiction de Jean-Baptiste Audibert. 

Interclass' va au de l’éducation aux médias. Collégiens et lycéens  des quartiers dits défavorisés développent les sens de l’expression et  de la critique. Cette année, en dépit du confinement, ils n’ont pas décroché et se  sont investis dans ce programme.

Toute la saison, en classe, journalistes et producteurs de France  Inter interviennent au lycée pour sensibiliser les élèves à  l’information, les aider à traquer les fake-news, et leur apprendre la  technique des outils afin qu’ils les utilisent pour endosser la tenue du  reporter. La finalité de la saison, pour chaque établissement du  dispositif, c’est une émission d’une heure diffusée sur France Inter. 

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.