Les élèves du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles ont travaillé cette année avec Christine Siméone sur le reportage de guerre et la réalité virtuelle.

Enregistrement de l'émission Interclass par les élèves de lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles
Enregistrement de l'émission Interclass par les élèves de lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles © Radio France / Christine Siméone

En rencontrant le photographe Karim Ben Khelifa et en testant son dispositif, The Enemy, ils ont appris ce qu'est le journalisme en terrain difficile et ils ont fait une expérience de réalité virtuelle.

Karim Ben Khelifa a ceci de particulier qu'il a choisi de montrer ses interviews réalisées sur des zones de conflit par le biais de la réalité virtuelle. C'est tout à fait inédit, une expérience hors normes, qui bouscule les codes du journalisme.

Il est allé en Israel , en Palestine. Il est allé au Congo et au Salvador entre autres.

" Ils nous importaient de comprendre comment Karim Ben Khelifa avait réussi à approcher ces conflits, ses ressentis et ses peurs. Ces soldats qui ont témoigné pour lui semblent inaccessibles et tellement éloignés socialement, psychologiquement. A chaque fois il les a convaincu de s'installer dans un studio, devant une caméra, pour parler d'eux. Pour lui l'information et la seule chose qu'il y a transmettre, c'est la part d'humanité en chacun de ces témoins"; expliquent les élèves.

Avec la réalité virtuelle, est-ce vraiment du journalisme ?

Karim Ben Khelifa estime que c'est une nouvelle façon de le pratiquer le journalisme et de transmettre à un public nouveau. Ce qui est sûr c'est que The Enemy est une expérience documentaire qui prend aussi en compte les réactions des lecteurs. L'expérience se détermine différemment pour chacun en fonction de son comportement face aux différents témoins .C'est une chose que les médias traditionnels ne peuvent pas faire.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.