Au parti socialiste, la déchéance de nationalité suscite un vrai débat. Responsables politiques et militants restent partagés sur la réforme constitutionnelle. L'ancien 1er Ministre Michel Rocard est l'invité de Léa Salamé.

François Hollande a-t-il raison d'inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution ?

Je ne suis pas sûre. La déchéance est une chose grave. Elle désacralise la nationalité [...] mais ça ne peut concerner qu'une demi-douzaine de personnes par an. C'est à dire, que ça n'a pas de rapport quantitatif avec ce contre quoi on se bat. Si bien que l'emballement symbolique me paraît excessif, ça ne veut pas dire qu'il est erroné mais il y a une démesure.

C'est une faute morale ?

C'est juste un excès, il y a de la joie de vivre de beaucoup de gens, qui fait qu'on quitte la réalité. On se bat sur des symboles. C'est important, nous en vivons, mais quand on quitte la réalité on ne fait pas de bien au pays.

Christiane Taubira a bien fait de quitter le Gouvernement ?

Pour son honneur à elle, et compte-tenu de ce à quoi elle croit elle a bien fait, il est toujours préférable de garder la cohérence, sa droiture, sa continuité.

Vous avez confiance dans les choix et la politique de Hollande pour lutter contre le terrorisme ?

La France va très mal. Le cœur de ce malaise reste économique. Il y a longtemps que je pense que le Gouvernement n'a pas assumé la crise économique, les multiples crises. Ils espèrent une amélioration de la crise économique capable de produire une diminution des tensions intellectuelles et psychologiques qui sont elles-mêmes à la source de la violence. Il y a un emballement médiatique autour des symboles. Les Français ça leur plaît de s'engueuler autour de ça. Pourquoi pas ?

Quand on vous écoute on se dit qu'on s'agite autour de symboles ?

C'est ce que vous faites avec moi en ce moment. C'est amusant car les symboles c'est une vraie excitation collective, reste que ce n'est pas avec ça qu'on fait une politique.

Quand Emmanuel Macron dit « la République a une part de responsabilité dans le terreau sur lequel prospère le djihadiste ». Certains lui répondent, non c'est encore la culture de l'excuse. Qu'est-ce que vous en pensez ?

La vérité est que le malaise fondamental du capitalisme occidental est plutôt anglo-saxon d'origine et la République n'a pas grand-chose à y voir.

Nous avons fait pire, nous avons confié la mission de nous défendre contre ça à l'Europe sans lui en donner les moyens. On devrait pouvoir faire baisser toutes ces inquiétudes.

Mais ça ne marche plus l'Europe !

Ça n'a jamais marché car on n'a pas donné à l'Europe un pouvoir de commandement réel.

Avec la sortie de Christiane Taubira qu'est-ce qui reste de gauche dans le gouvernement de Manuel Valls ?

La volonté de défendre les humbles, les pauvres, ceux qui n'ont pas eu de chance dans le capitalisme et de lutter contre la spéculation.

Malheureusement, nous n'en avons pas toujours les moyens puisque le combat est de nature mondiale.

Il y a des pays, la Grande Bretagne, les États-Unis, où les gagnants politiques du moment considèrent que le droit de s'enrichir doit être préservé absolument. C'est abominable.

La France ne fait pas partie de cette école là mais elle fait partie de ces vaincus.

Quand Macron dit « il y a de plus en plus de Français qui veulent être milliardaires » est-ce que ce n'est pas une pensée comme celle des Américains ?

Je reste partisan d'une autre lecture : la recherche contre les inégalités excessives. Certains réclament que François Hollande se soumette à une primaire des gauches en 2017. Qu'est-ce que vous en pensez ?

Je ne suis pas absolument contre. C'est plutôt amusant de redistribuer les cartes mais ça n'a aucun rapport avec nos problèmes parce que c'est une manière de changer la recherche de candidat et ce n'est pas une manière de favoriser ce à quoi les candidats peuvent répondre.

Vous pensez que ça va être un casting de personnes et pas un débat d'idées ?

Nous avons besoin du débat d'idées parce que c'est dans le débat d'idées qu'on trouve les réponses. Tant qu'on n'a pas trouver de réponse intellectuelle à la bataille aujourd'hui, la recherche des personnes demeurera importante et vous autres journalistes n'allez jouer qu'à ça. Je préférerais qu'on mette l'accent sur la réalité de cet arrêt de la croissance et de la montée de la violence consécutive à la peur.

2016, année Mitterrand, on commémore les 20 ans de la mort de François Mitterrand et les 100 ans de sa naissance. Est-ce qu'on en fait trop ?

Oui. Je pense que l'Histoire lointaine réglera ça.

Il ne mérite pas autant ?

C'est mon sentiment. Il y a un peu de partialité là-dedans sans doute.

L'équipe

Mots-clés:
Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=