Le cinéaste est l'invité de Léa Salamé à l'occasion de la sortie de son nouveau film Fatima, sur le quotidien d'une femme de ménage confrontée au racisme.

Une intégration réussie, sortir un film comme ça à l’automne 2015 ce n’est pas du courage, c’est de la témérité ?

J’évoque des réalités qui sont de fait absentes des réalités du cinéma. On est sur un climat de phobies, de fantasmes. Quand on entend une prétendue responsable politique parler de race blanche elle oublie de rappeler qu’il y a une quantité de tâches grandes et petites qui sont assumées, qui participent à la vie de ce pays, qui participent à la vie de ce pays […] et qu’on ne voit pas à l’écran.

La première scène est forte et montre un racisme latent.

Cette scène installe dans le film quelque chose de diffus dont on n’est jamais très sûr. […] C’est ce qui est déstabilisant car le rejet clairement exprimé, on peut y répondre mais [le] diffus est beaucoup plus destructeur.

Rejet aussi de la part des filles qui ont honte que la mère ne parle pas français. Certains enfants se demandent "pourquoi vous n’êtes pas comme les autres ?"

En réalité ce n’est pas une honte, il y a de la colère elles ont l’impression que leur mère est un personnage humilié.

Fatima c’est un peu le contre-point de votre film précédent : « la désintégration ». Vous avez l’impression d’avoir compris quelque chose avant les autres ?

À ce moment-là ces choses-là n’étaient pas nouvelles. Ce qui est nouveau c’est l’ampleur que ça a pris, que ça concerne des gens de plus en plus jeunes. […] En sortant je me suis dit qu’il était nécessaire de raconter des personnages secondaires et c’est ce que j’ai fait avec Fatima.

À partir d’aujourd’hui il y a des clips de quelques minutes qui vont être diffusés à la TV pour alerter sur ce phénomène avec un numéro à appeler.

Il y a un désarroi des familles concernées et il est nécessaire de leur proposer un numéro. Mais je ne suis pas sûre que les clips soient faits de la bonne façon et vont toucher les gens concernés.

Evénement(s) lié(s)

Fatima de Philippe Faucon

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.