Vice-président du Front national, tête de liste Alsace-Champagne-Ardenne Lorraine aux régionales, Florian Philippot était l'invité de Léa Salamé. Il est notamment revenu sur le programme du FN et la question de l'immigration.

Léa Salamé : ce serait un drame si le Front national gagne une région, a dit Manuel Valls hier…

Florian Philippot : "Ça ne marche pas comme ça, la démocratie. Il faudrait que le Premier ministre en tire les conclusions si le FN remportait des régions…"

Concernant le programme du FN, vous proposez de diviser par vingt le nombre d’entrées d’immigrés…

"Si nous gagnons des régions, nous supprimerons l’aide au migrants. Nous souhaitons mettre fin au regroupement familial, mettre fin à la fraude sociale. Nous supprimerons les subventions des régions pour les migrants. On rétablira la double peine, nous expulserons les étrangers condamnés."

Comment fait-on pour arriver au solde de 10.000 entrées légales sur le territoire ?

"Il y a 472.000 chômeurs étrangers en France, de longue durée notamment, nous ne pouvons pas prendre en charge au niveau national ces immigrés. Ils ne doivent pas rester à la charge de la communauté nationale. Il faudra étudier les mariages blancs, il faudra y mettre fin. Il y a beaucoup de choses à faire sur l’immigration légale mais également sur l’immigration clandestine. On voit exploser l’immigration aujourd’hui. 30.000 entrées de migrants en deux ans ? Je ne crois pas du tout à ce chiffre. Nous sommes dans l’espace Schengen, quand je vois que l’on va accueillir 500 migrants à Strasbourg : les gens n’ont même pas été consultés !"

Etes-vous toujours favorable au retour à la retraite à 60 ans ?

"Oui, c’est le projet du Front national. Je suis favorable au retour de l’âge légal de la retraite à 60 ans."

Le changement le plus marquant est sur l’Union Européenne, il n’est plus question d’en sortir ?

"Marine Le Pen le dit depuis mars 2013 ! Nous ferons un référendum au bout de six mois comme au Royaume-Uni pour savoir si nous restons en Europe. Elle est l’ennemi du peuple et elle nous pique notre souveraineté."

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.