Depuis quelques semaines, les occupations de places s'étendent à toute la France. Quelle sera l’issue de "Nuit debout" et qu’espèrent les participants ? Julien Bayou, porte-parole d'EELV et Camille, issue de ce mouvement sont les invités de Léa Salamé.

Camille Moulin vous ne voulez pas être filmée, vous utilisez un nom d'emprunt. Pourquoi ?

(CM) Le mouvement ne veut pas de porte-paroles. Il a été décidé que personne ne serait filmé sur un plateau.

Douze jours et douze nuits sur la place de la République, pour quel résultat ?

(JB) On avait besoin de se réapproprier la place. C'est leur place. C'est la place des citoyens. On a plusieurs dizaines de milliers de personnes qui viennent débattre. J'en tire des leçons pour mon parti.

Beaucoup ne comprennent pas votre objectif...

(CM) Objectif numéro un, faire tomber la loi el Khomri. Objectif numéro deux trouver des places pour se réapproprier le débat.

C'est faire de la politique dans la rue et pas dans les urnes ?

(CM) L'objectif c'est la convergence des luttes.(JB) Mais laissez-leur du temps, ça fait 12 jours !

Est-ce que vous voulez devenir un contre-pouvoir comme Podemos?

(CM) C'est le contre-pouvoir qui m'intéresse mais je parle en mon nom propre.

(JB) J'y vais pour tirer des leçons pour mon parti. On a été en-dessous de tout récemment. On a été assez nigauds pour faire entrer un membre au Gouvernement.

Ça ne vous donne pas envie de quitter EELV?

(JB)Ça me donne envie de réinventer un mouvement.

Vous n'avez pas peur d'une récupération politique ?

(CM) Pas du tout. Ça n'a rien à voir avec une structure hiérarchique.

Julien Bayou
Julien Bayou © A.Morissard/MAXppp / A.Morissard/MAXppp
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.