Air France KLM dévoile aujourd'hui ses résultats annuels. Le groupe table sur une amélioration qu'elle espère voir perdurer grâce aux réformes mis en place mais également en demandant plus d'efforts aux pilotes. Son PDG est l'invité de Léa Salamé.

Vous êtes un patron heureux ce matin ?

Nous allons annoncer nos résultats positifs ça faisait 7 ans, qu’ils ne l’avaient pas été : 220 millions d’euros. C’est le fruit de plusieurs années d’efforts.

Tout le monde se donne du mal et il y a aussi la baisse du prix du pétrole.

[…]

Le prix du pétrole a contribué à bon tiers pour cette amélioration . Il aide toutes les compagnies aériennes.

Ça signifie que, lorsqu’on fait des efforts, ça fonctionne.

Vous confirmez les 220 millions de bénéfice, car je n’ai pas ce chiffre.

C’est 816 millions de bénéfices d’exploitation et 220 millions d’euros de résultat net

Alors pourquoi vous continuez d’augmenter vos prix ?

Nous avons baissé les prix l’année dernière de 3%. On est dans un secteur où on a extrêmement de couts.

Est-ce que vous allez redistribuer ces bénéfices aux salariés ?

C’est fait, on a annoncé au personnel au sol, aux hôtesses et aux stewards qu’ils auraient une prime.

Et les pilotes ?

Ils ont été exclus des bénéfices de la prime.

__

__

Vous faites des bénéfices et vous annoncez un nouveau plan de départ volontaire, ça peut sembler paradoxal.

Deux exemples : nos partenaires de Delta, vont gagner 6 ou 7 milliards cette année. La première compagnie du monde s’appelle Emirates. Si on ne suit pas la course, on sera déclassé.

Vous avez fait 10 000 suppressions de poste en 10 ans. Comment vous expliquez cela ?

L’entreprise va déjà beaucoup mieux. Il faut rendre hommage aux salariés.

Il faut qu’on puisse ouvrir des lignes et embaucher . Je comprends que cette demande n’est pas facile.

Vous confirmez le chiffre de 1600 départs volontaires ?

Ce chiffre est malencontreusement sorti dans le public, il sera présenté la semaine prochaine . C’est

Ce plan de départ volontaire a été annoncé en décembre.

Le parquet d’entreprise de Bobigny a classé sans suite votre plainte contre deux pilotes qui étaient présents le 5 octobre, lors du CCE qui a dégénéré. Vos arguments n’ont pas convaincu ?

Le sujet judicaire est aux mains des juges.

Est-ce que vous allez arrêter la procédure disciplinaire contre eux ?

Elle sera menée à son terme. Les pilotes ont le droit de se défendre.

Après l’affaire du comité d’entreprise, vous avez lancé cinq procédures de licenciements. Quatre ont été confirmées. Est-ce que vous n’en avez pas trop fait ?

Je ne crois pas. L’image vue plus de 2 milliards de fois a été dévastatrice pour la France et Air France. Vous ne pouvez tolérer la violence physique.

8 salariés de Goodyear condamnés à de la prison ferme. Une première en France, est-ce que ça vous choque ?

Si la justice estime qu’on a commis une infraction pénale, il faut l’appliquer.

Les touristes désertent paris depuis les attentats. A combien vous évaluez les pertes pour Air France ?

On chiffre l’impact des attentats à 120 millions d’euros .

Fin janvier on pense avoir complètement compensé cette baisse de trafic.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.