Après les attentats de Paris, faut-il rogner sur nos libertés publiques au nom de la lutte contre le terrorisme ? Le Député socialiste des Yvelines est l'invité de Léa Salamé

Benoît Hamon s’il s’avérait qu’Abdelhamid Abaaoud, l’un des visages des terroristes francophones les plus connus, on le croyait en Syrie, il serait en France, il y a eu une faille ?

Ces gens-là sont des professionnels . C’est leur métier d’essayer d’échapper à notre surveillance. Il faut saluer la rapidité à laquelle les renseignements qui ont localisé une cellule, […] qui peut-être préparait une réplique dont avait parlé le Ministre de l’Intérieur.

Le mot de guerre ne vous dérange pas ?

Ce n’est pas la guerre comme nos grands-parents l’ont connue mais c’est une guerre qui a comme théâtre la France.

Sarkozy s’exprime dans le Monde ce matin. « Trop de temps a été perdu. Pourquoi les terroristes n’ont pas été interceptés avant ? Pourquoi les fiches S ne sont pas restées en Syrie ? »

On ne répond pas à l’opinion pour lui plaire. On se hisse au niveau de la mobilisation d’une nation quand on l’attaque.

Une épreuve comme celle-là révèle de quel bois sont faits les hommes, les femmes, mais aussi la Nation.

L’unité nationale ce n’est pas mettre en berne ses convictions.

Alain Juppé a fait preuve d’un sens de l’Etat évident.

La France est une République laïque, libre, c’est ça qu’ils attaquent.

Vous voterez sans cillez la prolongation de l’Etat d’urgence ?

Je voterai la prolongation de l’Etat d’urgence.

Sans ciller ?

Je voterai sans ciller.

Les victimes qui sont tombées appartenaient à toutes les catégories de la société française.

Benoît Hamon est-ce qu’on peut poser la question des atteintes à la liberté ?

L’Etat d’urgence va toucher aux libertés publiques mais c’est provisoire . Cela ne veut pas dire remettre en cause les grands principes de la République.

Ce qui se passe nous prouve que la menace est toujours présente.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.