François Hollande peut-il être le candidat de la gauche pour 2017 ? Les sondages sont désastreux pour le président qui pourrait même être dépassé par Jean-Luc Mélenchon au 1er tour. Le coordinateur du Front de Gauche est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Premier tour 2017, JL Mélenchon qui talonne François Hollande vous le sentez le phénomène Mélenchon ?

Oui mais vous savez, je sens un phénomène de mobilisation sociale. On n’est pas étranger à tout ça. C’est quelque chose qu’on souhaite depuis longtemps. Et ça se traduit dans l’opinion et les sondages. On regarde ça avec la tête froide mais en juin 2012, Mélenchon était à 3% dans les sondages, on préfère commencer à 11 et 16. Ça nous assure un meilleur futur.

Il y a un site JLM 2017, est-ce qu’on comptabilise le nombre de soutiens, le nombre de clics ?

On est à 95.000 aujourd’hui. Il y a 850 groupes d’action dans le pays. Il faut recomposer l’espace. L'élection présidentielle est le bon moment en plus du score pour dépasser l’idée de cartel des partis.

Il ne veut pas participer à une primaire de gauche ?

Vous nous voyez participer avec ceux que nous combattons aujourd’hui? Hollande, Valls, Macron, personne ne pourrait comprendre.

Il n’est plus du tout réformiste? Il n’y a plus aucun territoire commun?

Encore s’il était réformiste ça serait pas mal. Il n’est plus du tout réformiste, il est passé du côté du système. Il défend la politique de l’offre et de l’austérité et la politique de l’état d’urgence. C’est contraire à toutes nos valeurs, les gens n’y comprendraient rien. Dans Nuits debout, dans les manifestations, personne n’ose aller défendre l’idée de primaire à gauche.

Un seul problème c’est la gauche fragmentée. Plus elle l’est et plus il y a le risque du 21 avril, et ce sera la faute de ceux qui ont bien voulu qu’elle soit fragmentée.

Manifestement on n' y est pour rien, dans le fait que Marine Le Pen progresse. C’est la politique d’un gouvernement qui a été élu pour faire autre chose qui désoriente totalement les Français. La majorité dans ce pays s’abstient et ne vote pas FN contrairement à ce qu’on dit. On est en capacité d’y faire front parce que pour faire face au FN, ce n’est pas seulement des arrangements de votes utiles et autres. On va enfin bientôt pouvoir poser la question du vote utile aux socialistes par rapport à nous. C’est le fait de défendre un projet totalement différent de partage des richesses, planification écologique, sixième république, désobéissance européenne plutôt que l’issue identitaire et autoritaire que propose Marine Le Pen.

Qu’est-ce que vous voulez dire quand vous dites « on va enfin bientôt pouvoir poser la question du vote utile aux socialistes par rapport à nous» ?

Ce sondage à un avantage : c’est la fin du tripartisme. On voit bien qu' il n’y a pas de tripartisme dans ce pays. Mélenchon espère être le débouché des Nuits debout? Il ne veut pas récupérer et il veut qu’on le récupère.

Pour Nuit debout, on en est pas à parler de déboucher. Nuit debout est un mouvement qui commence et qui est multiforme puisque c’est parti avec la bataille de la loi El Komri et cette bataille n’est pas finie. Hier Philippe Martinez, cite Nuit debout, c’est une première... parler de rassemblement avec les syndicats et citer nuits debout. Tout ça va continuer au mois de mai et c’est la première fois.

Ce n’est pas une première?? c’est la convergence des luttes.

Non c’est la première fois dans ce pays que quelque chose qu’on voyait jusqu’alors dans les réseaux sociaux avec des clics de pétitions, se concrétise par des échanges sur des places, maintenant il y en a une centaine. Ce n’est pas 1500 personnes c’est 7 000 personnes, tout le monde parle de Nuit debout et il y a maintenant des Nuits debout dans les banlieues. Ce mouvement est une contestation sociale de réappropriation de la parole et un pouvoir. Il y a un ras le bol civique qui est en train de commencer.

Est-ce que JL Mélenchon veut transformer ce ras le bol ?

Nous ne sommes pas étrangers à ce ras le bol. A partir du moment où on pense prendre le pouvoir par ces élections puisque nous sommes républicains, on constate qu’il y a eu beaucoup de mouvements comme ça qui ont donné des débouchés politiques. Sanders est quelque part un effet de ce qui s’est passé au niveau des occupations des places de Wall Street. Podemos est un effet des Indignés. Si Jean-Luc Mélenchon va jusqu’au bout de sa candidature, ça permettra qu’il y ait un débouché politique.

Les jeunes veulent une nouvelle figure, Mélenchon ne l’est pas..

Au niveau des idées, vous trouvez que ce n’est pas une nouvelle figure? De proposer le partage des richesses? De dire que la question de l’environnement est trop sérieuse pour la laisser au marché? De dire qu’il faut en finir avec la cinquième république? Je n’entends pas ça de la part des partis institutionnels ni même du Front national.

C’est la carte à jouer ? Le FN délaisse le terrain social.

Non ce ne sont pas les voix du FN. 50% d’abstentionnistes dans ce pays. Il faut parler à ces électeurs, tous ceux qui cherchent une issue.

« Le temps est encore long » disait Thomas Legrand. Et donner le RSA au moins de 25 ans ?

Il faut partager le travail et donner des moyens à tous ceux qui sont au chômage. Des moyens autres que la mendicité. Et tous ceux qui sont par exemple en train de faire leurs études. Il faut relancer l’activité économique et ça passe par une idée de fond : c’est le capital qui coûte trop cher dans ce pays et non pas le travail.

- Donc pas de RSA élargi au moins de 25 ans, ce n’est pas la priorité?

Si! nous sommes pour un revenu d’autonomie pour tous ceux qui sont en formation à hauteur du SMIC et pas seulement du RSA. Un étudiant doit pouvoir vivre correctement, c’est un travailleur en formation.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.