Les huit raffineries de l'hexagone sont désormais en grève. Entre le gouvernement et la CGT, c'est l'épreuve de force. Le conflit se durcit. Pour son secrétaire général, "une majorité des Français soutient ces mobilisations". Il est l'invité de Léa Salamé.

►►►VIDÉO : Philippe Martinez répond aux questions de Léa Salamé

►►►VIDÉO : Philippe Martinez : "Il y a des risques que la mobilisation s'amplifie"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Extension des blocages aux centrales nucléaires

"Les salariés montent d'un cran dans les entreprises" "Il va y avoir des assemblée générales dans les entreprises" "Tant que le gouvernement refuse de discuter la mobilisation va continuer" "Les 7 secrétaires généraux ont écrit au Président de la République pour être reçus et discuter" "L'opinion publique est défavorable à ce texte"

►►►VIDÉO : Philippe Martinez "C'est parfois difficile d'aller aux manifestations compte tenu du climat qui règne autour"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Menace du PDG de Total de "réviser sérieusement" ses investissements en France

"C'est scandaleux de prendre ce prétexte. Si l'on compare d'autres pays qui n'ont pas de droits syndicaux, de pays où les droits syndicaux ne sont pas respectés, on prend le moins disant et on fait du dumping social"

"Retirer ce texte serait inacceptable car les salariés perdraient leurs nouveaux droits" Laurent Berger

"Le Premier ministre a promis d"envoyer les forces de l'ordre sur les barrages routiers et le ministre des transports envoie deux jours plus tard un courrier aux routiers pour leur dire qu'il y a un risque d'inversion des normes"

►►►VIDÉO : Philippe Martinez "Le plus gros problème, c'est l'inversion de la hiérarchie des normes"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Une minorité veut faire la loi en France" François Hollande

"Quand on gouverne on doit aussi ajouter le mécontentement. François Hollande n'a jamais dit qu'il allait casser le code du travail"

  • Retour de la droite en 2017?

"Quand on ouvre la porte à droite c'est normal qu'on s'y engouffre" "Le gouvernement est encore en mesure de proposer des projets de gauche"

Contact
Thèmes associés