C'est un méga-contrat pour DCNS. Le groupe naval français a été retenu par l'Australie pour un programme de douze sous-marins. Le chantier d'armement fera travailler pendant six ans près de 4000 employés dans l'hexagone. Son PDG est l'invité de Léa Salamé.

« Les clefs du contrat du siècle » titre Les Échos ce matin. Vous êtes un homme heureux ? Je suis un homme heureux et je suis à la tête d'une société heureuse (...) (qui a) su proposer le meilleur sous-marin du monde.

Pourquoi vos sous-marins barracudas ont été choisis plutôt que les Japonais qui étaient favoris ? C'est la capitalisation de 100 ans d'expérience en France (...) c'est la reconnaissance du fait que nous avons une marine de toit premier plan au niveau mondial.

Il y a aussi une raison diplomatique. Est-ce que le Japon en vous choisissant ne reste pas neutre vis-à-vis de la Chine ? Les Australiens ont toujours dit qu'ils choisiraient d’abord sur la capabilité (…) C'est l'équipe de France qui a gagné.

Quel était le rôle de celui qu'on appelle le VRP de l'armement ? C'est quoi le secret Le Drian ? Un profond intérêt et attachement à l'industrie de l'armement. Il est Breton il connaît bien DCNS. Jean Yves le Drian s'est déplacé deux fois (…) Nous avons été soutenus par Thales! (...) il a cette capacité à mobiliser l’équipe de France.

Vous êtes sûr que le contrat va être signé à la fin? On en a connu d'autres des fausses annonces. Je suis très confiant. Je suis admiratif du professionnalisme avec lequel les Australiens ont mené cette opération.

On parle d’une enveloppe globale de 34 milliards d'euros pour le contrat, avec 8 milliards d’euros pour l’industrie française. Au final vous allez toucher combien ? Il est trop tôt pour savoir (…) Les chiffres donnés sont exacts et peut être sous-estimés. Il faut à présent discuter avec nos partenaires pour nous répartir le travail et c'est à ce moment-là qu'on saura.

Combien d’emplois vont être créés ? Quatre millions d'heures pour faire les études et le transfert de technologie. 4000 personnes seront concernées (…).

On parle de 1000 suppressions de postes à DCNS, vous allez l’arrêter ce plan ? Nous créons 1000 emplois productifs et nous supprimons 1000 emplois administratifs.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.