C'est une première, une semaine après les attentats, le bourgmestre de la ville de Bruxelles doit prendre la parole aujourd'hui devant les élus du conseil de Paris. Il est l'invité de Léa Salamé.

Une semaine après, comment va Bruxelles ?

Nous sommes une ville meurtrie.Il y a de la mobilisation citoyenne en faveur de Bruxelles multiculturelle mélangée, mixte qui est notre réelle Bruxelles.

L'image a été ternie !

__ Il y a plus de 160 nationalités qui vivent sur le territoire de Bruxelles. Nous sommes une ville monde.

__

On a beaucoup parlé de Molenbeek. Ça mauvaise réputation est méritée ?

__ Il ne faut pas mettre en cause tous les quartiers de la ville mais il y a clairement des accointances.

__

Comment est-ce possible ?

Comment notre société a produit des enfants nés sur notre territoire qui se retourne contre notre société ? C'est la question à laquelle il faudra répondre pour éviter le repli sur soi.

__

Vous avez un début de réponse ?

Les politiques ne doivent pas être les seuls à apporter des réponses. Il faut des débats sur cette question.

__

Faut-il, quand on est maire d'une ville, fermer les yeux sur des dérapages au nom de la paix sociale ?

__ On appelle ça un estompement de la norme démocratique. On a laissé filer des atteintes à l’égalité, par exemple entre les hommes et les femmes. […] C'est inadmissible. […] Je pense qu’il y a eu du laisser-aller à certains endroits.

Fayçal Cheffou, soupçonné d’être le troisième homme dans l’aéroport a été remis en liberté hier. Ça fait des semaines que vous demandez son arrestation. Il est dans la nature, ça vous inquiète ?

L’Etat fédéral a très mal géré l’accueil des réfugiés à l’été dernier. Un mini Calais s’est créé au cœur de la ville. Fayçal Cheffou est venu agiter ce camp de réfugiés, il s’est battu avec les représentants des ONG.

J’ai dû prendre un arrêté d’interdiction de lieu, c’est exceptionnel.

La question était de savoir s’il était agitateur ou recruteur. Vous pensez qu’il était les deux.

Je pense qu’il était les deux. Probablement que le magistrat n’a pas voulu franchir la frontière.

Vous allez vous exprimer tout à l’heure devant le Conseil de paris. Vous allez demander à Anne Hidalgo comment on fait pour qu’une ville soit résiliente ?

On a eu de très bons échanges. La ville de Paris a fait beaucoup de choses, il faut s’en inspirer.

Anne Hidalgo avait attiré mon attention sur les jeunes. Nous nous étions focalisés sur les adolescents mais les petits subissent aussi ces bruits malgré eux.

__

Vous n’avez pas pu avoir votre 11 janvier car la marche de dimanche a été annulée mais 400 hooligans ont débarqué dans votre ville . La faute à qui ?

La faute clairement au Ministre de l’Intérieur qui a laissé faire ça mais qui est très proche de ces gens [il est issu du parti Nationaliste].

Michel Sapin sera l’invité de 8h20. « La naïveté » des Belges c’est lui. Vous avez quelque chose à lui dire ?

Il ne doit pas se laisser distraire par des histoires belges.

Yvan Mayeur, Bourgmestre de Bruxelles
Yvan Mayeur, Bourgmestre de Bruxelles © Christophe Morin / MaxPPP /

L'équipe

Mots-clés:
Nous contacter
  • ICAgICAgICAgICAgPHN2ZyBjbGFzcz0iaWNvbiI+CiAgPHVzZSB4bWxuczp4bGluaz0iaHR0cDovL3d3dy53My5vcmcvMTk5OS94bGluayIgeGxpbms6aHJlZj0iI2ljb25fY29udGFjdCI+PC91c2U+Cjwvc3ZnPiAgICAgICAgICAgIENvbnRhY3QKICAgICAgICA=