400 emplois sont menacés avec la fermeture d’Alstom à Belfort. Olivier Kohler, délégué CFDT d’Alstom Belfort sera en direct de France Bleu Belfort.

Alstom. Belfort, le 15 septembre 2016, manifestation de salariés.
Alstom. Belfort, le 15 septembre 2016, manifestation de salariés. © Maxppp / LIONEL VADAM/PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

400 emplois sont menacés avec la fermeture d’Alstom à Belfort.

Le groupe ferroviaire ayant annoncé le 7 septembre, la fermeture du site d'ici 2018, menaçant par la même occasion 400 emplois. Une solution pourrait avoir été trouvée. L’idée serait de proposer aux 400 salariés d’Alstom qui le souhaiteraient de passer sous la bannière de General Electric.

Une annonce qui pourrait être confirmée lundi 26 septembre lors d'un Comité Central d'Entreprise (CCE) extraordinaire, à Saint-Ouen, en région parisienne. Le président du groupe Henri Poupart-Lafarge viendra en tous les cas "s’expliquer sur la situation de Belfort" devant les représentants du personnel réunis dans l’après-midi.

Qu’en pensent les représentants du personnel ?

Réponse avec Olivier Kohler, délégué CFDT d’Alstom Belfort sera en direct de France Bleu Belfort.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.