Pour rendre hommage à Jacques Higelin, disparu en avril dernier, [re] découvrez le feuilleton des radios francophones publiques consacré à l'artiste avec Bardot, l'adolescence, le premier amour, le cours Simon,...

Jacques Higelin interprète le jeune Juan dans une version moderne de Don Juan pour l'émission "Le miroir à trois faces" - 1965
Jacques Higelin interprète le jeune Juan dans une version moderne de Don Juan pour l'émission "Le miroir à trois faces" - 1965 © AFP / Louis Joyeux / INA

Si tu veux, entre 15 et 20 ans, j'étais au cours Simon. Je travaillais mes textes, j'apprenais des scènes. Je rencontrais plein de gens. Je travaillais en pensant que je deviendrai comédien. C'était ça le choix. La musique, c'était mon pêché mignon. Mon hobby. Ma passion. Ce n'était pas forcément ce qui allait devenir mon métier. Je savais pas. Et du coup, j'ai tourné dans un film avec Martine Carole. D'ailleurs, je devais être très jeune, je devais avoir 15 ans. Et c'est parti du cours Simon, parce qu'ils passaient des auditions, et il y avait des gens qui venaient chercher des acteurs pour des films. Et là, j'ai du tourner 3 ou 4 films. Avec des petits rôles, dont un qui était "La verte moisson", sur la résistance. Et y avait Claude Brasseur et Jacques Perrin. Claude, il s'en souvient aussi. Mais même, pour tous ces gens, j'étais sur la marge. Il y avait une ligne et on savait pas trop qu'est qu'il foutait ce jeune garçon. Je voyais des acteurs, et des actrices, que je n'aurai jamais vu autrement. Un jour, ils ont fait une blague. Ils avaient dit : "On va envoyer le petit Jacky chercher une actrice"... Et ils me disent : "Tu vas la trouver là-bas. Tu lui dis qu'on l'attend sur le plateau". Je frappe. "Entrez !". J'ouvre la porte : Brigitte Bardot ! J'avais 15 ou 16 ans, tu vois ! J'étais... Ahhhh ! Elle était belle. Séduisante. Gentille. Adorable avec moi. Je lui ai dit : "On vous attend sur le plateau, c'est prêt". Elle me dit : "Comment tu t'appelles ?", "Jacques. On m'appelle Jacky". Je sais plus si elle m'a fait la bise gentiment en me disant : "Ben je viens". Je suis sorti, j'étais... 

Même si maman Higelin fut elle aussi très artiste, et très confiante dans les capacités de son fils, Jacques n'est pas devenu Jacques Higelin sans des pères spirituels : Henri Crolla, Pierre Goupil. Et sans son premier amour, celui d'un soldat de 20 ans, avec Irène. Car à 20 ans, Jacques doit faire son service militaire. Deux ans.  En Allemagne, puis en Algérie, lors des " événements " d'Algérie... avant qu'ils ne deviennent guerre. Pensées d'un homme fondamentalement pacifiste, qui en 1940 était l'enfant qui subissait l'envahisseur allemand, et qui a 20 ans se retrouve être l'envahisseur d'un autre pays...

Les médias francophones publics vous proposent de [re] découvrir cette série qui vous emmène dans un voyage musical, sur les traces de Jacques Higelin. Une série proposée par  Dominick Martinot-Lagarde, assisté de Julien Van Assche.

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.