Des voix d'exception ce soir, avec l'américain Gregory Porter qui plonge dans le répertoire de Nat King Cole, chanteur et pianiste de jazz et de rhythm and blues – puis le tout 1er concert avec orchestre de la chanteuse de soul Ala.ni – et pour terminer, un concert-hommage au trompettiste de jazz Chet Baker.

Ala.ni, auteur, compositrice et chanteuse de jazz & soul, britannique
Ala.ni, auteur, compositrice et chanteuse de jazz & soul, britannique © Getty / Dimitri Hakke / Redferns

Gregory Porter chante Nat King Cole

Baryton californien, colosse à cagoule... le chanteur américain a été découvert par le grand public en 2013 avec la chanson “Liquid Spirit”. Amateurs et professionnels de jazz parlaient déjà beaucoup de lui quand Gregory Porter sortait son tout 1er album, il y a 10 ans : Water. En 2017, soit sept ans après ce premier album, le chanteur américain a pris une autre mesure : il était passé chez le prestigieux label de jazz Blue Note, il avait remporté deux Grammy Awards, avait joué dans le monde entier et gravé trois autres albums, et il défendait un répertoire qui lui tient particulièrement à coeur : celui de Nat King Cole. Direction le studio 104 de la Maison de Radio, c'était le 05 décembre 2017, et l'homme de près de 2m50, cagoule noire et casquette à large visière vissée sur la tête s'avançait près du micro, pour évoquer son idole, le crooner et pianiste de jazz et de rhythm and blues américain : Nat King Cole. Un concert en jeu de miroir entre les chansons admirées et ses compositions personnelles :

  • Gregory Porter – 1960 What? (2010)
  • Gregory Porter – L.O.V.E. (reprise de Nat King Cole, de 1965)
  • Gregory Porter – Take Me to The Alley (composition de Gregory Porter, inspirée par les mots "optimistes et doux" de Nat King Cole – 2016)
  • Gregory Porter – Sweet Lorraine (composition de 1928, devenu un standard chez Nat King Cole)
  • Gregory Porter – When Love Was King (2013)
  • Gregory Porter – Mona Lisa (une chanson écrite pour un film, en 1950, devenue très populaire avec la reprise de Nat King Cole, en 1951)
  • Gregory Porter – I Wonder Who My Daddy Is (2017)
  • Gregory Porter – Liquid Spirit (2013)
  • Gregory Porter – The Christmas Song (reprise de Nat King Cole, qui a enregistré cette chanson pour la première fois en 1946)
  • Gregory Porter – Musical Genocide (2013)

Formation :

  • Gregory Porter : voix
  • Chip Crawford : piano
  • Jahmal Nichols : basse
  • Emmanuel Harrold : batterie
  • Tivon Pennicott : saxophone

Nat King Cole & Me, est le 5ème album de l'auteur-compositeur et chanteur de jazz américain Gregory Porter, en hommage au crooner de jazz américain Nat King Cole, qui reste à ce jour sa plus grand influence musicale.

Ala.ni, une voix d'or...

Une autre voix d'exception, la voix d'or de la chanteuse britannique Ala.ni. Elle publiait en 2015 son 1er album You & I, et à l'époque on ne savait que très peu de choses sur Ala.ni, sinon qu'elle avait été choriste pour Blur et Damon Albarn. On découvrait alors ses accents blues, jazz et soul, au service de sa musique. Et ce 23 décembre 2015, pour France Inter, Ala.ni était accompagnée d'un petit orchestre tout terrain : l'ensemble instrumental CODE, formé de 10 musiciens (harpes, violons et guitares) comme un écrin idéal pour ce concert tout spécial... Sur la scène du studio 104 de la Maison de la Radio, Ala.ni nous présentait son tout 1er album You & I, avec des arrangements inédits : un voyage au gré des saisons et de l'amour... une histoire d'amour dans la Louisiane d'autrefois, entre une domestique noire et le fils du maître blanc.

  • Ala.ni – Cherry Blossom (2011)
  • Ala.ni – Old Fashioned Kiss (2011)
  • Ala.ni – Suddenly (2011)
  • Ala.ni – Roses & Wine (2011)
  • Ala.ni – Darkness (2011)
  • Ala.ni – I'll Rembember (2011)
  • Ala.ni – To The River (2011)
  • Ala.ni – Circle (2011)

Formation :

  • Ala.ni : voix, guitare
  • Rob Updegraff : guitare électrique
  • Claire Galo-Place : harpe et violoncelle
  • et les musiciens de l'ensemble “CODE”

Hommage à Chet Baker

Plaisir des voix cette fois-ci, avec un hommage à Chet Baker, grand trompettiste et chanteur de jazz américain, organisé au festival Jazz à Vienne, le 29 juin 2016. Pour se faire, Clément Ducol, compositeur et arrangeur, que vous avez déjà pu entendre aux côtés de la chanteuse Camille, avait réuni un casting de rêve : les aristes britanniques Piers Faccini et Hugh Coltman, le trompettiste de jazz français Erick Truffaz, et les chanteuses Camélia Jordana, Sandra Nkaké et Yael Naim. « Nice & Easy », c'est ce que Chet Baker avait l'habitude de dire avant de commencer un morceau en studio...

  • Piers Faccini – Let's Get Lost (reprise de Chet Baker, de 1987)
  • Camelia Jordana – _The Thrill is Gone (_standard de jazz, enregistrée par Chet Baker en 1954)
  • Hugh Coltman – Born to Be Blue (reprise de Chet Baker, de 1965)
  • Sandra Naké et Yael Naim – Moon and Sand (reprise de Chet Baker, de 1987)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.