On est en plein mois de juillet, et les Parisiens ont déserté la ville pour trainer sur les côtes. Mais pourquoi ? Noëlle Bréham nous explique dans son billet que le bonheur ne dépend pas de soirées crêpes en Bretagne ni de l'achat de marinières inconfortables...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.