On est en plein mois de juillet, et les Parisiens ont déserté la ville pour trainer sur les côtes. Mais pourquoi ? Noëlle Bréham nous explique dans son billet que le bonheur ne dépend pas de soirées crêpes en Bretagne ni de l'achat de marinières inconfortables...

Thèmes associés
(Ré)écouter Je pense que voilà
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.