Alors que les glaces du Groenland fondent à une vitesse inédite, les appétits s’aiguisent pour ses formidables ressources minières jusqu’alors inaccessibles.

Les glaces du Groenland
Les glaces du Groenland © Radio France / Giv Anquetil

Or, Cuivre et terres rares indispensables aux nouvelles technologies, le sous-sol de l’île regorge de minerais qui, pour une partie de la classe politique locale, pourraient permettre à cette jeune nation (en partie autonome depuis 1979) de financer son indépendance totale du Danemark (qui contribue encore pour 50% du budget de l’île). 

Mais c’est trop cher payer pour les habitants de Narsaq,  village de pêcheurs de 1300 habitants au sud-ouest de l’île, où beaucoup se mobilisent contre le projet minier d’investisseurs Australiens et Chinois et leur société Greenland Minerals & Energy : raser la montagne pour en extraire 60000 tonnes de minerai par an. Leur mot d’ordre : « Urani Naamik », non à l’uranium.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.