Les Surui ont, tout comme leurs voisins Uru Eu Wau Wau, frôlé l’extinction avec l’arrivée du monde développé sur leurs terres. Mais plutôt que de se replier, ils ont fait le pari de prendre les devants en jouant les règles du marché global.

Boatutu a 22 ans, et porte déjà la responsabilité d'être le futur chef
Boatutu a 22 ans, et porte déjà la responsabilité d'être le futur chef © Radio France / Giv Anquetil

D’un côté, leur leader Almir Narayamoga court les conférences internationales et les chancelleries pour plaider leur cause en répétant qu’un usage raisonné de l’Amazonie est plus viable que sa destruction.

De l’autre, les Surui défendent leur forêt avec les moyens des « blancs » : programmes de reforestation, mise en place d’un marché de crédits carbone et même partenariat avec Google Earth pour géolocaliser les zones déforestées.

Mais ils ne sont pas dupes pour autant des envies de greenwashing de certaines multinationales. 

Neijinha
Neijinha © Radio France / Giv Anquetil
On dirait des nuages au dessus des prairies qui ont remplacé les forêts du Rondönia, mais c'est la fumée d'autres incendies
On dirait des nuages au dessus des prairies qui ont remplacé les forêts du Rondönia, mais c'est la fumée d'autres incendies © Radio France / Giv Anquetil
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.