Après les incendies qui ont ravagé la faune et le flore du pays l'année dernière, les australiens sont de plus en plus nombreux à s'engager dans la lutte contre les changements climatiques, quitte à repenser leur manière de vivre, de consommer et de produire.

Des enfants jouent dans le sud de la Nouvelle-Galles du Sud, où ils campent après avoir été évacués des sites voisins touchés par les feux de brousse le 31 décembre 2019.
Des enfants jouent dans le sud de la Nouvelle-Galles du Sud, où ils campent après avoir été évacués des sites voisins touchés par les feux de brousse le 31 décembre 2019. © AFP / Sean Davey

La dernière saison des méga-feux a marqué un brutal réveil environnemental pour ce pays riche, toujours dans le peloton de tête des nations qui émettent le plus de CO2 par habitant qui, avec une classe politique et une presse majoritairement climato-sceptiques, se retrouve soudain en première ligne des changements climatiques. 

Beaucoup d’Aussies ont la gueule de bois et des cendres dans la bouche, mais de plus en plus décident de s’engager pour sauver ce qui reste.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.