Je fais des photos floues
Je fais des photos floues © Radio France / Justin Folger

Aujourd’hui, Je vous demande de sortir est en direct des Rencontres d’Arles . Arthur Dreyfus reçoit le directeur du Festival, François Hébel , le photographe Pieter Hugo , trois des artistes nominés au Prix Découverte 2013 des Rencontres d'Arles, Yasmine Eid-Sabbagh, Rozenn Quéré et Marcela Paniak , ainsi que la chanteuse Aurélie Bouix pour un live enregistré à Paris.

François Hébel et Pieter Hugo parlent de la programmation de la 44è édition du Festival Les Rencontres d’Arles , du 1er juillet au 22 septembre 2013.

Le directeur du festival François Hébel et le photographe Pieter Hugo seront les premiers invités de l’émission. Ces derniers partageront leur vision de la photographie, notamment autour du thème de cette édition 2013 : le noir et blanc. Quelle place occupe-t-il aujourd’hui ? Réalisme ou fiction, poésie, abstraction ou pure nostalgie ? Ces quelques interrogations viendront enrichir la première partie de l'émission.

Les Rencontres d’Arles se déclineront tout au long de ces deux mois d’été pour s’achever le 22 septembre prochain.

Yasmine Eid-Sabbagh, Rozenn Quéré et Marcela Paniak, artistes en lice pour le Prix Découverte 2013 des Rencontres d’Arles.

Les Rencontres d'Arles
Les Rencontres d'Arles © radio-france

Yasmine Eid-Sabbagh a étudié l’histoire, la photographie et l’anthropologie visuelle à Paris. De 2006 à 2011, elle vit à Burj al-Shamali – un camp de réfugiés dans le sud du Liban – où elle réalise un projet photographique avec un groupe de jeunes Palestiniens, ainsi qu’un travail de recherche de photographies de famille et de studio. Depuis 2008, Yasmine Eid-Sabbagh est membre de la Fondation Arabe pour l'Image. Rozenn Quéré a étudié le cinéma puis la photographie à Paris. Installée à Bruxelles, elle travaille sur le rapport entre photographie et texte, photomontage et narration. En 2011, Rozenn Quéré et Yasmine Eid-Sabbagh ont remporté ensemble le 8è Grand Prix de photographie de Vevey (Suisse).

Synopsis : « Vies possibles et imaginaires ». C’est l’histoire de quatre femmes fortes et truculentes, exilées aux quatre coins du monde, quatre sœurs Palestino-libanaises qui ont traversé l’histoire du XXe siècle. C’est une histoire entre documentaire et fiction, entre biographie et théâtre, qui s’appuie sur des photographies de famille et des entretiens sonores, sur le récit d’événements vécus et fantasmés. Ce que nous proposons là, c’est une relecture de la réalité teintée de tendresse et d’humour, qui s’inscrit dans un parti pris de proximité. Loin du portrait objectif ou historique de Graziella et ses sœurs, nous nous sommes attachées à traduire l’extravagance et l’imagination de ces femmes […]. […] à travers l’articulation du texte et de la photographie d’archive, nous n’avons pas cherché à écrire leur histoire : nous avons voulu écrire leur mythe.

Marcela Paniak , de son vrai nom Katarzyna Wozniak, est née en Pologne dans la ville de Lodz. Elle a réalisé ses études à la National Higher School of Film, Television and Theatre de Lodz. Elle est également membre de l’Association des artistes photographes polonais. Le travail de Marcela Paniak a été présenté et récompensé dans de nombreux festivals.

Synopsis : La sélection présentée aux Rencontres d’Arles inclura plusieurs travaux issus de différentes séries, dont « Elysium », 2013. Ces œuvres sont constituées de photos-cartes de visite ornées de fleurs séchées. Les champs Élysées sont le lieu mythologique où demeurent les âmes bénies des morts. Elles sont entourées de lyres invisibles qui jouent de la musique, de peupliers et d’asphodèles, fleurs symbolisant la mort, le chagrin, la mélancolie et l’éternité.

Aurélie Bouix pour un live préenregistré à Paris.

Aurélie Bouix
Aurélie Bouix © radio-france

Dès les premiers mots, les premières notes, on se dit : « tiens, voilà du neuf ». Et c’est assez inattendu. Aurélie Bouix surprend par sa présence vocale. Sa voix s’impose de suite. Elle crève l’écran, en douceur. Aurélie s’amuse. Avec les paroles et la musique, elle joue comme un chat. Mais parfois au détour d’une chanson, derrière la légèreté, l’ironie, le charme, le piquant, on devine la gravité. Sa musique lui ressemble, simple, compliquée, gaie, mélancolique. Le 01 juin dernier, Aurélie Bouix a joué pour la première fois à Paris accompagné d’Honkytonk Man à la guitare et de Jeff Ludovicus à la batterie. Ce soir, elle se retrouve à chanter devant les micros de France Inter et elle n'attend plus qu'une chose : un producteur capable de l'accompagner dans les étoiles !

"Sheda" de Brazza à Avignon, un reportage de Perrine Malinge.

Dieudonné Niangouna a déjà présenté deux de ses textes en solo lors des précédentes éditions du festival d'Avignon en 2007 et 2009. Cette année, il présente à la Carrière Boulbon un nouveau projet d'envergure nommé "Sheda" dans lequel il s'attaque enfin à la mise en scène. Ce spectacle se base sur un texte écrit il y a de nombreuses années. L'équipe est conséquente, entre comédiens, musiciens et staff technique. Du Congo au Cameroun, de la France à la Belgique .... L'équipe est entièrement fédérée autour du travail et l'énergie de " Dido". Alors que la troupe commence tout juste à répeter dans la Carrière Boulbon avant la première avignonnaise, retraçons de plus près les différentes étapes de création de ce spectacle. Entre aperçus sonores et énergie dérourante, laissons l'histoire débuté au Congo, à Brazaville, chez Dieudonné.

Le répondeur de "Je vous demande de sortir " par Gurwann Tran Van Gie.

Chaque jour, Gurwann orchestre la voix libérée d'auditeurs fantasmés.

Evénement(s) lié(s)

Les rencontres d'Arles 2013

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.