Frédéric Mitterrand reçoit Jean-Louis Cohen et Guy Amsellem à l'occasion de l'exposition «Architecture en uniforme», à la Cité de l'architecture et du patrimoine jusqu'au 8 septembre 2014 . L’exposition rend compte des conséquences que le Second conflit mondial a eues sur l’environnement bâti, révélant les développements oubliés de l’architecture durant les années sombres.Demeurée jusqu’ici dans une zone grise, la dynamique qui a animé la recherche, l’innovation et les constructions réalisées par les architectes durant les années de guerre est enfin restituée. De la destruction de Guernica par les Nazis en 1937 aux bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki en 1945, les modalités de la rencontre entre les architectes et la guerre sont analysées sur une base comparative. Un parallèle est proposé entre les projets entrepris en France, au Canada, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Espagne, aux États-Unis et en URSS, tant pour le front proprement dit que pour l’arrière.

Une équipe de camoufleurs au travail au Fort Belvoir, Virginie, Etats-Unis
Une équipe de camoufleurs au travail au Fort Belvoir, Virginie, Etats-Unis © DR / Illustration dans Modern Camouflage de Robert P. Breckenridge

Dessins, maquettes, objets grandeur, photographies, ouvrages imprimés et documents d’archives rendent compte de trajectoires allant de la simple mobilisation des professionnels dans l’armée à l’action criminelle de responsables politiques comme Albert Speer et de leurs complices comme Ernst Neufert. Les expériences des témoins, des résistants et des prisonniers sont restituées avec des documents émouvants.La mobilisation de l’ensemble des ressources de l’architecture est ainsi révélée, de la conception des usines et des logements ouvriers à l’invention de systèmes préfabriqués, et de la construction des abris antiaériens au camouflage de territoires entiers, sans oublier les recherches pionnières sur l’économie des matériaux. Le changement d’échelle des projets apparait aussi, au travers d’ensembles géants comme le Pentagone, Auschwitz, Peenemünde ou Oak Ridge. Connaissant des modes d’engagement extraordinairement divers et parfois provocants, l’architecture franchit à l’occasion de la guerre et de la reconstruction un seuil décisif vers la modernisation de ses procédures et de ses formes.

Evénement(s) lié(s)

Architecture en uniforme

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.