Marc Fauvelle

Changement de pied à l'Elysée.

La décision a été prise la semaine dernière lors d'un tête à tête entre Manuel Valls et François Hollande.

Pour les Européennes, c'est simple, il faut faire l'inverse des municipales : à l'époque, François Hollande avait demandé à ses ministres de rester chez eux, de ne pas faire campagne et de résumer l'élection à un enjeu local qu'il fallait "enjamber", on se souvient de l'expression, désastreuse. Et de la bérézina qui avait suivi.

Cette fois, changement radical de stratégie. Les ministres sont réquisitionnés, les deux tiers d'entre eux seront sur le terrain dans les jours qui viennent. Manuel Valls donnera l'exemple avec encore quatre meetings au programme, dont l'un sur ses terres natales de Barcelone, et un message censé faire vibrer les cœurs de gauche : c'est l'Europe qu'il faut changer si l'on veut lutter contre l'austérité. Avec cela, François Hollande espère encore limiter la casse. Son meilleur allié, c'est peut-être le score du PS en 2009 (16%) au-delà, il pourra toujours expliquer qu'il a fait mieux, ou moins pire qu'il y a 5 ans.

Au centre, une campagne qui tient dans la poche !

Déjà en pointe sur Twitter, les centristes de l'UDI et du Modem lancent aujourd'hui une application pour smartphones 100% européenne. Le profil des candidats, le condensé de la campagne, le programme, et même quelques arguments clé en mains, destinés aux militants pour lutter contre l'euroscepticisme…

Et comme chaque matin, on tente d'y voir plus clair sur une idée reçue au sujet du Parlement européen…

Et plus précisément des eurodéputés, est-il exact qu'ils ne paient pas d'impôts sur le revenu ?

Le vrai/faux de l’Europe par Delphine Simon.

Enfin la suite de notre série sur les poulets en campagne...

Hier, je vous parlais des poulets américains lavés à l'eau de javel que Nicolas Dupont-Aignan craint de voir débarquer en France, en cas d'accord sur le GMT, le grand marché transatlantique. Il n'est pas le seul à s'inquiéter. Demain, le Parti de gauche lancera dans Paris une brigade de poulets anti-GMT. Des militants tout de jaune vêtus, avec une jolie crête, qui viendront interpeller les clients et la direction d'un restaurant américain d'une célèbre marque spécialisé dans le poulet frit. D'autres actions sont prévues dans des supermarchés, puis la brigade de poulet réalisera un selfie, devant la station de métro.... Javel, évidemment.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.