Le 31 janvier 2019, le Brexit était voté et le Royaume-Uni quittait l'Union européenne. Jon Henley, grand reporter au quotidien The Guardian, revient sur cette actualité qui a marqué l'année.

Un manifestant contre le Brexit, à Londres, le 26 février 2020.
Un manifestant contre le Brexit, à Londres, le 26 février 2020. © AFP / DANIEL LEAL-OLIVAS

"Tout a changé, et rien n'a changé". Selon Jon Henley, le grand reporter Europe au quotidien The Guardian, bien que le Brexit signifie que juridiquement et légalement, le Royaume-Uni ne fait plus partie de l'Union européenne et que les citoyens anglais ne sont plus citoyens européens, rien n'a fondamentalement changé dans la vie pratique de ces derniers.

Une période de transition

Les anglais ont signé pour un départ, mais pas pour une destination

Trois ans après le référendum en faveur du Brexit, la phase de transition prévue dans les accords pour une période de 12 mois prendra fin le 31 janvier prochain.

Cependant, il reste encore des points à négocier entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Notamment en ce qui concerne la garantie du respect des normes et standards européens souhaité par l'Union européenne, les limites des eaux territoriales, la gouvernance pour les accords de libre-échange, ou encore la question des frontières avec l'Irlande du Nord.

Boris Johnson "traîne des pieds" et les négociations ne sont pas claires, selon Jon Henley. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.