Le 27 octobre 2017, le Parlement catalan proclame son indépendance contre l’avis de Madrid et de la constitution. Barbara Loyer, professeur à l’Institut français de géopolitique de l'Université Paris 8 et spécialiste de l’Espagne revient sur cette crise dont le pays n’est toujours pas remis.

Manifestants à Barcelone pour soutenir le vote Oui dans le référendum d'indépendance catalane, le 30 septembre 2017
Manifestants à Barcelone pour soutenir le vote Oui dans le référendum d'indépendance catalane, le 30 septembre 2017 © Getty / Patricio Realpe

Souvent présentée comme une bataille binaire entre la Catalogne et Madrid, la crise de l'indépendance divise au sein même de la Catalogne. D’un côté, les indépendantistes ont gagné la majorité au Parlement régional avec 47% des suffrages. De l’autre, les Catalans nationalistes - peu entendus ces dernières années - structurent aujourd'hui leur voix.  

Il ne faut pas transformer les territoires en personnages. Il n’y a pas un problème de divorce entre Madame Catalogne et Monsieur Madrid.

Depuis la fin du mois d'octobre 2017, Carles Puigdemont, l'ancien maire de la Catalogne, est en exil. Barbara Loyer observe qu'aujourd'hui "la région est cassée en deux."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.