C'était le 26 septembre 2019. Des explosions et un incendie se déclarent au milieu de la nuit dans les zones de stockage de l'usine de Rouen. Un confinement est déclenché. Patrick Lagadec, expert en communication de crise et directeur honoraire à l'école Polytechnique revient sur l'affaire Lubrizol.

Cette photographie prise et publiée par le Service Départemental d'incendie et de secours (SDIS) le 26 septembre 2019 montre des pompiers sur les lieux d'un incendie dans une usine Lubrizol à Rouen.
Cette photographie prise et publiée par le Service Départemental d'incendie et de secours (SDIS) le 26 septembre 2019 montre des pompiers sur les lieux d'un incendie dans une usine Lubrizol à Rouen. © AFP / HO / SDIS

Lubrizol, selon Patrick Lagadec, en plus d'être une surprise, Lubrizol c'est une urgence maximale, immédiatement, mais aussi un risque à long terme à cause de cette fumée se propageant jusqu'à la Belgique. 

"On ne nous dit pas tout" ?

Patrick Lagadec reconnaît une "impréparation en terme d'information des populations" pour lesquels l'Etat avait déjà perdu en crédibilité lors de crises comme celle de Tchernobyl, expliquant une diminution aujourd'hui de la confiance vis à vis de la science, de l'expertise et des dirigeants. "On ne nous dit pas tout" : l'expression répandue dans les médias lors de l'explosion de l'usine Lubrizol en septembre dernier est selon l'expert "le symptôme de nos difficultés à avoir préparé ce genre de situation". 

Covid-19 et Lubrizol : une même gestion ?

La crise du coronavirus, c'est le schéma qui nous attend sur à peu près toutes les crises qui vont nous arriver, qui vont être de l'ordre de ces méga-événements.

Etant donné la préparation, il aurait été étonnant que l'Etat sache gérer la crise du coronavirus selon Patrick Lagadec qui déplore qu'on aitbeaucoup de mal à passer de situations connues à ces situations foisonnantes et inconnues pour le moment. La question serait aujourd'hui de savoir si nous sommes préparés à "travailler sur des risques qui sortent des typologies habituels pour travailler sur des données inconnues". 

Il y a un basculement à faire et il faut se préparer à l'imprévisible. Se préparer à être surpris, se préparer à être créatif en situations inconnues.

L'urgence, d'après Patrick Lagadec est avant tout de "nous préparer culturellement à ces risques qui sont ceux d'aujourd'hui, ceux du XXIème siècle". 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.