Yann Arthus Bertrand, reporter-photographe et militant engagé, revient sur les mouvements des jeunes pour le climat qui ont secoué le monde cette année. Il donne son avis sur la suédoise Greta Thunberg. Cette dernière s'est exprimée mardi 23 juillet à l'Assemblée Nationale.

Yann Arthus-Bertrand
Yann Arthus-Bertrand © AFP / ERIC FEFERBERG

Elle est à l'Assemblée Nationale mardi 25 juillet. La militante de 16 ans, Greta Thunberg, sermonne les parlementaires pendant un discours d'une quinzaine de minute.

Durant ses remontrances, elle moque avec sarcasme le portrait "d'enfant alarmiste" qui est dressé d'elle par plusieurs députés des Républicains et du Rassemblement National. Elle rétorque que s'ils refusent d'écouter des "enfants", ils ont au moins le devoir d'écouter et de s'unir "derrière les scientifiques".

Yann Arthus Bertrand, reporter-photographe, cinéaste et militant écologiste fondateur de l'association GoodPlanet, revient sur cette figure controversée et déscolarisée.

Le miracle

La dernière fois que je l'écoutais j'avais les larmes aux yeux.

Ému par cette jeune fille qu'il juge "incroyable" et "très intelligente", il admet que ces jeunes qui manifestent pour le climat ont "complètement raison".

Au printemps 2019, le mouvement militant écologiste s'est embrasé auprès des étudiants et des lycéens. Dans toutes l'Europe, des manifestations pacifiques se sont déclarées. À leur tête, une adolescente norvégienne de 15 ans, Greta Thunberg, qui arrête l'école et proteste assise en tailleur devant le Parlement.

C'est sans doute le miracle qu'on attendait.

La honte

On va vers un monde inconnu.

Après avoir rappelé le bilan assez dramatique de la biodiversité sur ses 40 dernières années, Yann Arthus Bertrand décrit l'hypocrisie des accords de Paris qui ont été signé. Des accords dans lesquels les mots "énergies fossiles" et "pétroles" ne figurent pas, selon lui.

On ne peut pas changer, il faut accepter qu'il y a un changement climatique qui va arriver.

D'après le président de GoodPlanet, il y a un réel manque de courage parmi cette "ancienne" génération qu'il juge responsable de la situation actuelle.

Il dénonce une obsession de la croissance qui est entrain de "tuer l'humanité". Il reprend Greta Thunberg en exemple quand cette dernière déclare voulait se rendre à New York en bateau.

Elle a raison ! J'ai honte.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.