Le 24 décembre 2011, lorsque Vanessa a ouvert son enveloppe de Noël, elle a pu y lire: "Bon pour 1 voyage...de 6 mois en océanie, à partir d'octobre 2012 mon employeur est d'accord, reste à convaincre le tien et à réunir le budget.

25 septembre 2012 : 11h55. Vol BA 361 en direction la Tanzanie, via Londres. Ca y est, c'est parti. Le début de notre aventure, la fin de 9 mois de préparatifs : trouver les destinations, les billets, rassembler le budget, boucler les sacs, déménager puis dire au revoir. Ce fut déjà un sacré boulot ! L'idée de ce voyage n'était pas nouvelle. On peut même dater l'incubation du virus au mois de septembre 2009, localiser sa contraction en Indonésie, et dénoncer les coupables : dédé et Azziz. C'est eux qui à l'époque effectuaient leur tour du monde, et nous ont transmis cette envie. Les années suivantes n'ont servies qu'à laisser mûrir le projet dans un coin de nos têtes. Depuis Noël, le calendrier et les destinations ont quelque peu évolué. Car une fois lancés, il nous a bien fallu organiser cette escapade, à commencer par choisir les destinations. Là, le calcul de Vanessa fut très simple : "6 mois de voyage, ça veut dire tous les pays, sauf ceux que l'on a déjà visité!". Le plus dur fut donc d'éliminer le surplus, l'idée de base étant quand même de passer du temps en Océanie. Difficilement, nous nous sommes résolus à enlever l'Asie, que nous connaissions déjà un peu. Les destinations les plus faciles d'accès ont elles aussi été retirées (Amérique du nord, Europe, Cuba, Inde). Nous avons donc posé notre regard sur l'hémisphère Sud, et plus précisément l'Afrique du Sud. Evoquée "entre la poire et dessert", l'idée d'un passage en Afrique s'est rapidement imposée comme une évidence. Seulement, après réflexion, notre choix s'est reporté sur la Tanzanie, a priori moins touristique et plus préservée que le Kenya ou l'Afrique du Sud. De plus, Ce pays semblait plus adapté à nos envies. Le choix des îles du pacifique fut quant à lui plus délicat. Unanimement, l'Australie et La Nouvelle Zélande furent retenues, suivies de près par la Nouvelle Calédonie. Il ne restait plus qu'à agrémenter le tout de quelques atolls et autres îles paradisiaques. Pour cela, quoi de mieux que la Polynésie Française, avec ses îles Marquises, de la Société, etc.? Peut-être les îles Cook ?! après quelques échanges avec le blog des Lapinous, nous en fûmes convaincus ! Au niveau des laissés pour compte, notons le Vanuatu, les Tongas, Fidji, Samoas...Les conditions de sécurité de la Papouasie nous ont poussé à l'enlever, à notre grand regret ! Enfin comment traverser l'Océanie de part en part, sans aller claquer une bise aux Moaï de l'île de Pâques ? Le voyage devait-il s'achever ainsi, au pied de ces statues imposantes ? Tout simplement inconcevable! "Renaud, au boulot, il faut négocier 1 mois de plus!" Une fois que ce fut chose faite, une traversée de l'Amérique du Sud a donc été ajoutée. Encore flou, le chemin de celle ci nous conduira forcément au machu Pichu (Pérou), et en Bolivie. Par la force des choses, nous passerons aussi par l'Argentine, puisque le périple s'achèvera à Buenos Aires. Connaitre les destinations du voyage: c'est bien; avoir les billets: c'est mieux! Et ça, ça n'a pas été une mince affaire. Pour résumer, les principales alliances de compagnies aériennes - Skyteam, StarAlliance, One World, Emirates - proposent des billets "tour du monde". Ces billets obéissent à certaines règles basiques (1 an maxi entre le premier et le dernier vol, tourner d'Est en Ouest ou d'Ouest en Est), et offrent une bonne flexibilité dans le choix des dates. Suivant les formules, le tarif dépend du nombre de miles parcourus (autour de 33000 dans notre cas...), du nombre de continent visités, et/ou du nombre de vols. Autant dire que planifier seul son billet tour du monde relève de l'exploit! Nous n'avons pas réalisé d'exploit, mais plutôt fait des devis auprès d'agences spécialisées. Comme beaucoup avant nous, nous avons commencé par une prise de contact avec "Connaisseurs du voyage", et comme beaucoup avant nous, la froideur de l'accueil nous a rebuté. D'autres recherches nous ont conduit de l'autre côté de la Manche, où le tour du monde semble être 1 sport national. Les contacts et échanges avec 2 agences spécialisées furent prometteurs, mais c'est finalement un "tourdumondiste" français que nous avons choisi : Zip-world. Trouvé un peu par hasard, Zip s'est révélé d'une grande efficacité, et d'une grande disponibilité. Des messages clairs et avisés, un conseiller réactif, et par un tarif intéressant : c'est jusqu'à présent un sans faute! Avis aux amateurs! A la fin du mois de mai, le rêve a donc pris forme, puisque les billets étaient achetés, et l'itinéraire ainsi défini: - 3 semaines entre Tanzanie et Zambie (ah oui, il faut quand même aller voir les chutes Victoria!) - 1 mois et demi en Australie - 3 semaines en Nouvelle Calédonie - 1 mois en Nouvelle Zélande - 2 semaines aux iles Cook - 3 semaines en Polynésie - 5 jours sur l'île de Pâques - 1 mois et demi en Amérique du Sud Bien évidemment, ce planning est susceptible d'évoluer, mais dans les grande largeurs, il devrait être respecté.

Les liens

33000 miles

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.