François-Régis a tenu a rendre hommage à un confrère et néanmoins ami.

Sébastien Demorand
Sébastien Demorand © Maxppp / PhotoPQR / Le Progrès

Juste avant notre leçon d'omelettes. J'aimerais lever mon verre à la mémoire d'un confrère et ami qui nous a quittés. Sébastien Demorand, disparu cette semaine à l'âge de 50 ans. Sébastien Demorand était ce journaliste gastronomique au coeur tendre, à l'estomac accueillant, à la voix de stentor, au sourire extra large, à la chevelure blonde qui lui valut le surnom d'Assurancetourix dans l'émission Masterchef sur TF1, vous vous en souvenez sans doute, où il fut juré aux côtés des chefs Yves Camdeborde et Frédéric Anton, mais Sébastien fut aussi chroniqueur au Fooding, à Gault et Millau, à BFM Radio, à RTL. On lui doit quelques livres, dont l'excellent Cantine, coécrit avec Emmanuel Rubin, qui compilait des plats de cantine revisités par les grands chefs. On lui doit aussi plus récemment Le Bel Ordinaire, cette cave épicerie restaurant qu'il a lancée en 2017, rue de Paradis, à Paris. 

On lui doit aussi le mot de bistronomie qu'il avait inventé en 2004 à l'occasion d'une réunion du Fooding, en contractant les mots de bistrot et gastronomie pour désigner cette génération de petits bistrots qui se sont mis à proposer de la grande cuisine. 

C'est vrai que bistronomie, le mot qu'il avait inventé, a quand même fait carrière dans notre milieu et partout où il mettait son grain de sel. Sébastien Demorand ne faisait jamais semblant. Quand vous vous mettiez à table avec lui, c'était des grands coups de fourchettes redoutables, de larges gorgées de vin, nature de préférence, de grands gestes, des éclats de rire, beaucoup d'humeur et une grande érudition.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
(Ré)écouter L'adresse de François-Régis Gaudry
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.