Coup d’état, rebellion touarègue débordée par des groupes islamistes qui ont pris le contrôle de la moitié du pays… Les malheurs s’abattent sur ce pays dont les ressortissants vivent nombreux en France. Comment vivent-ils cette situation, comment s’organisent-il ? Ils nous accompagneront pendant deux émissions pour comprendre et ressentir les enjeux de la crise.

Avec Bouba Touré, les locataires du premier étage du foyer Charonne à Paris et la chronique enjaillée de la nièce Hortense Volle sur la pièce de Gustave Akakpo Chiche l'Afrique !

Carte du Mali
Carte du Mali © Le Monde / Le Monde

Evénement(s) lié(s)

Africa mon Afrique

Fatou Diawara en concert à la Cigale

Chiche l'Afrique de Gustave Akakpo

Noga et Patrick Bebey en concert tous les lundis d'octobre au Baisé Salé (Paris)

Les liens

"Après le coup d’Etat, le réveil de la société civile malienne" , grand reportage de Guillaume Thibault du 27 avril 2012 Tous les jours depuis le coup d'Etat du 22 mars 2012, le Mali bouge. A chaque étape du processus politique, la population, longtemps tenue à distance ou peu intéressée scrute, observe, commente les décisions prises par les nouvelles institutions, les militaires et la Cédéao. Condamné par une grande majorité, ce putsch a néanmoins bousculé les Maliens.

L’Islam, premier parti politique au Mali, grand reportage de David Baché de RFI, 14 septembre 2012 Aujourd'hui, les imams du Haut conseil islamique interviennent directement dans la vie politique de leur pays. Quelle place pour l'Islam dans la vie politique ? Quel rôle pour le Haut conseil islamique malien ?

A Bamako, le mirage de la normalité Le nord du Mali est dominé depuis six mois par les islamistes, mais le gouvernement veut conserver l’illusion de l’unité. Le Président demande l’intervention de l’ONU, ce à quoi s’oppose l’armée.

"Mali, éviter l'escalade", le rapport de l'International Crisis Group En un peu plus de deux mois, le régime politique malien a été anéanti. Alors que le 17 janvier 2012, une rébellion armée chassait les forces maliennes de la partie septentrionale du pays, le 22 mars, un coup d’Etat déposait le président Amadou Toumani Touré (ATT). Ces deux épisodes ont poussé le Mali dans une crise sans précédent qui menace les équilibres politiques et la sécurité dans la région. Une intervention armée extérieure comporte néanmoins des risques considérables. La communauté internationale doit privilégier le dialogue pour préserver les chances d’une sortie de crise politique. La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) doit rééquilibrer ses efforts de médiation pour ne pas aggraver les fractures déjà profondes de la société malienne. Renforcer la crédibilité des institutions de transition pour remettre l’Etat et ses forces de sécurité sur pied est la première des priorités. Enfin, des mesures sécuritaires concertées au niveau régional doivent être prises pour que le Nord-Mali ne devienne pas, sous l’effet d’actions de groupes originellement étrangers, un nouveau front de la guerre contre le terrorisme.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.