Clara Dupont-Monod reçoit Yann Moix, qui fait paraître chez Grasset ses réflexions post-attentats.

Yann Moix
Yann Moix © Getty / Stephane Cardinale

La peur empêche de penser, de parle, d'écrire, bref, la peur fige la vie. Mais si on regarde du côté des livres, c'est exactement l'inverse. Henri Barbusse, par exemple, a connu la terreur des tranchées, et de ces carnets de guerre, il en a tiré son roman, Le Feu, prix Goncourt en 1916.

Quatre-vingt cinq ans plus tard, à l'autre bout du monde, les écrivains américains feront exactement la même chose après le 11 septembre. Pour contrer la peur, justement, en faire un objet d'étude, Don de Lillo signera une ballade hallucinée avec L'Homme qui tombe, et le dessinateur Art Spiegelmann, tremblant que sa fille puisse être sous les décombres, se remettra de sa peur en traçant l'album A l'ombre des tours mortes.

Loin de paralyser, la peur est peut-être le meilleur moteur de la pensée, et si vous voulez une dernière preuve, elle est là, sous forme de livre, il s'appelle Terreur, il est signé Yann Moix chez Grasset.

Pas de colère, ni harangue ni diatribe

C'est un livre qui ne raconte pas d'histoire. Il est découpé en petits paragraphes, et chacun correspond à une réflexion sur ce qu'est l'acte terroriste, sur le temps après un attentat, sur les médias, sur nous tous. Ces petits paragraphes sont calmes, et décortiquent nos peurs depuis les attentats de janvier 2015. Ce petit essai est obsessionnel, intelligent, et surtout il interroge : la radicalité, la jeunesse, les médias, le principe même de l'acte terroriste, les terroristes. « Nous sommes en guerre » avait dit François Hollande, or, les écrivains ont toujours voulu dire la guerre.

Alors, le temps d'un apéro, nous partagerons un amuse bouche avec Yann Moix, et tant pis si ça paraît complètement déplacé, après tout, il y avait bien un orchestre jouant sur le pont du Titanic.

Le coup de coeur du libraire

En partenariat avec la revue Page des libraires

Cette semaine c'est Guillaume Chevalier de la librairie Mot à mot à Fontenay-sous-Bois qui conseille à notre invité et aux auditeurs : Station eleven d’Emily St. John Mandel aux éditions Rivages.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.