L’heroic fantasy parle parfois mieux du réel que les livres collés au réel. Et s’il faut encore une preuve, elle est là, c’est un roman : Arkane, il est signé Pierre Bordage…

Pierre Bordage
Pierre Bordage © Maxppp / Nathalie Bourreau

L'héroic fantasy est un sous-genre littéraire. Le côté médiéval, magique, avec des monstres et des combats, c'est bon pour les ados ou les rêveurs attardés. Par contre, le Nouveau Roman, l'écriture blanche, l'autofiction, le récit réaliste : ça, c'est de la vraie littérature.

La littérature noble doit se frotter au réel, quitte à râper. Elle n'a que faire des légendes.

Oh mais qu'est-ce qui faut pas entendre, s'énerve la littérature ! Oh, mais que de sornettes dites en mon nom ! En tout cas, la bêtise de Dupont-Monod, c'est pas une légende !

C'est exactement l'inverse : l'imagination est le sel des livres depuis toujours.

Au Moyen Âge des fous inventaient une quête du Graal avec un chevalier élevé au fond d'un lac, un enchanteur, et des ponts sous l’eau. Du réel, ça ?

Tolkien considérait son Seigneur des Anneaux comme, je cite, « un conte de fées pour adulte ». Et comme tout conte de fée, ça parle de nous !

Quand George R R Martin, écrit le Trône de Fer, qui a donné la série Game of Thrones, il trace une histoire du pouvoir, de l’ambition, mieux qu’une campagne présidentielle !

Harry Potter, quant à lui, vaut tous les manuels du savoir grandir.

L’heroic fantasy parle parfois mieux du réel que les livres collés au réel.

► LE LIVRE | Arkane de Pierre Bordage, paru chez Bragelonne.

Le coup de coeur du libraire

En partenariat avec la revue Page des libraires.

Cette semaine, c'est Anne-Sophie Rouveloux de la librairie "L’Ecriture" à Vaucresson qui conseille notre invités et les auditeurs : Etoile sans issue, un space-opéra signé Laurent Genefort, par aux éditions Scrinéo, 2017.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.