Ce soir à l'heure de l'apéro, Clara Dupont-Monod a le plaisir de recevoir Véronique Ovaldé pour parler de son dernier roman, "Soyez imprudents les enfants" (Flammarion)

Veronique Ovaldé
Veronique Ovaldé © Getty / Frederic Souloy

"La famille nous sauvera tous. Le 16 octobre, la manif pour tous martelait: « En 2017, je vote pour la famille ». Le pape est bien d'accord, il avait déclaré que « chaque menace contre la famille est une menace contre la société ». Jean-Frédéric Poisson applaudit, lui qui voudrait que le ministère de la Famille dépende directement du premier ministre. Bref, la famille serait le socle de l’humanité, son refuge et son avenir, d’une solidité aussi féconde que le couple Kate et William en Angleterre.

Mais vous voulez m’éliminer ! s’écrie la littérature, oh, mais qu'est-ce qu'elle est "tradi", cette Dupont-Monod ! La famille dite classique n’a jamais inspiré le moindre romancier. Je vous rappelle qu’Antigone est mise à mort par son oncle, Phèdre voulait coucher avec son beau-fils, et Clytemnestre poignarde son mari. Les tragédies se seraient bien marrées, à la manif pour tous. Et puis, quelle meilleure école qu’une famille disloquée ? Regardez André Gide, homosexuel qui épousa sa cousine, ou James Ellroy, qui retrouva sa mère prostituée poignardée au fond d'un talus – super, la famille refuge !Plus le modèle familial est chahuté, mieux la littérature se porte. Et ce n'est pas Véronique Ovaldé, avec son roman Soyez imprudents, les enfants, paru chez Flammarion, qui dira le contraire" Clara Dupont-Monod.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.