Avec poésie, Vénus Khoury-Ghata nous entraîne dans les rues de Séville, et livre un roman sur l'exil, la famille et la condition des migrants.

Détail de la couverture de L'Adieu à la femme rouge de Vénus Khoury-Ghata
Détail de la couverture de L'Adieu à la femme rouge de Vénus Khoury-Ghata © Gallimard

Le migrant est l'ennemi... selon un certain parti politique. Regardez du côté des livres, c'est l'inverse : les grands personnages de roman, ce sont des migrants ! A commencer par Rastignac, chez Balzac... « A nous deux Paris » pourrait aussi être lancé par un rescapé de Mossoul ! Et les Chevaliers de la table ronde, ce sont tous des migrants : ils arrivent de Cornouailles, de Bretagne, du pays de Galles, ils ont tout laissé derrière eux. La figure du migrant offre chaque fois un condensé de vaillance et de nouveauté. Et si vous en doutez encore, lisez L'Adieu à la femme rouge, de Venus Khoury-Ghata, paru au Mercure de France.

Nous sommes quelque part en Afrique, au bord d'un désert. Une femme quitte son village pour partir avec un photographe blanc, qui était de passage. Son mari et ses deux enfants, des jumeaux, décident de partir à sa recherche.

Venus Khoury-Ghata n'est pas seulement la plus belle des grandes dames – même si elle fut Miss Beyrouth en 1959. C'est aussi une des plus grandes conteuses - parce que oui, ce livre reprend la tradition orale des contes orientaux, pour parler de sujets terriblement modernes.

Alors, le temps d'un apéro, nous partagerons un amuse bouche avec Venus Khoury-Ghata.

Le coup de cœur du libraire

En partenariat avec la revue Page des libraires

Cette semaine c'est Jean-François Delapré de la librairie Saint-Christophe à Lesneven qui conseille à note invitée : Le dernier gardien d’Ellis Island de Gaëlle Josse paru chez Notabilia et J'ai lu.

Résumé : New York, 3 novembre 1954. Dans cinq jours, le centre d'Ellis Island, passage obligé depuis 1892 pour les immigrants venus d'Europe, va fermer. John Mitchell, son directeur, officier du Bureau fédéral de l'immigration, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.