Sans le secret, il n'y aurait pas de littérature

Mazarine Pingeot
Mazarine Pingeot © Getty / Laurent Viteur

Lettre d'une inconnue, de Stefan Zweig ! Edmond Dantès se cache derrière le Comte de Monte-Cristo pour renaître. Romain Gary s'est caché derrière Emile Ajar, et aujourd'hui, qui se cache derrière Elena Ferrante ? La littérature entière est une partie de cache-cache, l'exercice du double, du double je, le tapis d'éveil du secret. Encore une preuve ? Elle est là, elle s'appelle Théa, c'est un roman bâti sur des secrets, il est signé Mazarine Pingeot, publié chez Julliard.

Ça commence par un coup de foudre

Dans les années 80. Celui d'une jeune fille prénommée Josephe, avec un e, qui se trouve à une fête. « Nous avions l'air joyeux et insouciants, ce qui est normalement incompatibles avec des trotskistes en colère », écrit Mazarine Pingeot. En bordure de la piste, il y a un garçon. Il est argentin, réfugié, il s'appelle Antoine. Enfin, c'est ce qu'il dit...

Josephe tombe amoureuse de lui, et tombe aussi dans un gouffre de secrets. Et ce gouffre lui-même se révèle à double fond : plus Josèphe avance à tâtons, dans son histoire avec Antoine l'exilé, plus elle réalise que ses parents sont habités du même chagrin : ils habitaient l'Algérie, ils ont dû partir, ils n'en parlent jamais... Et puis, qu'ont-ils fait au moment de la guerre d'indépendance ? De quel côté étaient-ils ? Prise en tenaille entre deux A, l'Argentine et l'Algérie, entre un réfugié et un père qui a la conscience lourde, Josèphe réalise qu'il serait peut-être trop simple de parler de victime et de bourreau.

Alors, le temps d'un apéro, nous partagerons un amuse bouche avec Mazarin Pingeot.

Le coup de coeur du libraire de la semaine en partenariat avec la revue Page des libraires.

Cette semaine, c'est Emmanuelle George de la librairie Gwalarn à Lannion qui nous donne son conseil de lecture : L'Administrateur provisoire d'Alexandre Seurat paru aux éditions du Rouergue.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.