Au Moyen-Âge, la femme n'était pas si soumise et victime, comme on pourrait le penser. La preuve avec le portrait de la pirate Jeanne de Clisson, dressé par Laure Buisson.

Étonnante Jeanne de Belleville, épouse d'Olivier de Clisson : cette femme de la noblesse bretonne devient - par vengeance - la première femme corsaire de l'histoire.
Étonnante Jeanne de Belleville, épouse d'Olivier de Clisson : cette femme de la noblesse bretonne devient - par vengeance - la première femme corsaire de l'histoire. © Getty / Heritage Images

Au Moyen Âge, les femmes seraient soumises et victimes... "Mais pas du tout !" nous rappelle la littérature.

Du côté des livres, les frondeuses étaient déjà actives en ce temps-là : les troubadours ont célébré Aliénor d'Aquitaine surnommée l'Aiglesse, ils saluèrent également Anne de Bretagne, chef politique hors pair.

Quant à l'amour courtois, il pose une femme toute puissante à qui le chevalier doit obéir. Et elles pouvaient même être pirate, la preuve avec le roman Pour ce qu'il me plaist de Laure Buisson, qui retrace l'histoire de Jeanne de Clisson.

Elle voit le jour en 1300. Bien née, elle grandit avec tous les égards dus à son rang. Jusqu'au jour où son mari est décapité. Jeanne s'embarque alors sur un bateau pour faire régner la terreur.

Surnommée "la lionne sanglante", elle charrie avec elle un Moyen-Âge truculent, qui respecte la parole donnée et qui ne redoute pas les excès. Alors le temps d'un apéro, nous partagerons avec Laure Buisson qui ressuscite Jeanne de Clisson, un amuse-bouche... trois fois rien : un verre d'hydromel et quelques sangliers rôtis.

Pour ce qui me plaist de Laure Buisson

Le coup de coeur du libraire

En partenariat avec la revue Page des libraires

Cette semaine, c'est Isabelle Couriol de la Librairie de Paris à Saint-Étienne qui conseille à notre invitée : Les Filles au lion de Jessie Burton qui vient de paraître chez Gallimard, traduit par Jean Esch.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.