Ce soir à l'heure de l'apéro, Clara Dupont-Monod a le plaisir de recevoir Julien Blanc-Gras pour "Briser la glace"( Paulsen)

"Bonsoir, les amis des livres et des apéros !

Le Groenland souffre. Cet été, il a battu son record de chaleur et l'université de Cambridge vient de déclarer que la banquise pourrait avoir totalement fondu d'ici à l'été 2017. Un sujet brûlant pour la Cop22 qui s'ouvrira d'ailleurs le 7 Novembre à Marrakech. Le grand nord appartient désormais aux famille naturelles en perdition – un petit côté fin de glace. On s'inquiète pour ses populations, peuples premiers dotés d'une sagesse ancestrale, on les imagine, ces vaillants habitants, tout de moufle et de colère, campés entre deux ours faméliques, les membres gourds mais prêts à lutter contre le réchauffement climatique.

Hiin, c'est beau comme une publicité pour un Cornetto, grince la littérature, et sinon, vous n'en n'avez pas ras le bonnet, des clichés ? Non ? Parce que moi oui ! explose la littérature, alors apprenez que les écrivains explorateurs n'ont jamais idéalisé les peuples rencontrés : les tribus du froid se mangent entre elles, comme toute société exposée à la famine, raconte Paul-Emile Victor dans les Survivants du Groenland ; quant aux tribus du chaud , elles se préoccupent uniquement, je cite, « de ce qui se mange ou se vend », écrit Théodore Monod dans Méharées, tandis que celles des Indiens du Brésil, qu'ils soient Bororo ou Caduveo, sont très inégalitaires, constate Claude Levi-Strauss dans Tristes Tropiques. En d'autres termes, l'exotisme, l'étranger, ne saurait être gage toujours d'innocence et de bonté, pardon la gauche, et ce n'est pas Julien-Blanc Gras, avec son récit Briser la Glace, qui dira le contraire." Clra Dupont-Monod.

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.