Qu'aurait fait le Christ au ciel sans son paréo ? N'aurait-il pas attrapé la bronchite ou pire, la coqueluche ? Amis auditeurs, vous pensez avoir la réponse, vite, n'attendez plus, adressez une carte postale au Vatican !

Résurrection du Christ, 1501-1502, de Raphaël (1483-1520), huile sur panneau, 52x44 cm. Italie, 16ème siècle. San Paolo, Musée d'Art de Sao Paulo
Résurrection du Christ, 1501-1502, de Raphaël (1483-1520), huile sur panneau, 52x44 cm. Italie, 16ème siècle. San Paolo, Musée d'Art de Sao Paulo © Getty / DeAgostini

« Oh pétard, on se caille les miches », soupirait le Christ, tandis qu'il s'envolait dans les airs le jour de sa résurrection. Puis il ajouta : « Hou, Heureusement que j'ai pensé à prendre mon paréo ».

Le ciel est tendre sur la toile, une tendresse bleutée, calme, sans entourloupe. Le soleil vient de se lever, le voici qui pointe tout au loin, qui éclaire l'horizon, Ici c'est la plaine, là-bas, la montagne, oh c'est zoli, un cours d'eau dans la vallée, et sur la gauche, vous voyez, un chemin paisiblement, ondule sur la colline. La palette est vive, la vue est dégagée, entre nous, rien à dire, c'est un vrai havre de paix.   

Devant nous, un tombeau. Bizarre, il est ouvert, incroyable mais vrai, Jésus a ressuscité. 

Au dessus de nous autres, pauvres mortels, Monsieur flotasse dans les airs, debout sur une nuée d'or qui brille, on dirait qu'il se prend pour la fusée Torpédo. De sa main gauche, il tient une bannière blanche ornée d'une croix rouge, son regard balaie la terre, mais il est déjà ailleurs… Avec son index et son majeur droit, le pouce relevé, il indique sa prochaine destination, le ciel. 

Patience petit Jésus, patience, bientôt tu partiras, pour l'heure tu as autre choses à faire. 

Car, voyez-vous, Monsieur veut nous montrer son paréo, son nouveau paréo rouge, brodé de fils d'or qu'il porte négligemment sur l'épaule pour en accentuer le tombé olympien. 

Christ, épicentre de la toile, pause : "Oh qu'il est beau mon paréo" ... 

Qu'aurait fait le Christ au ciel sans son paréo ? N'aurait-il pas attrapé la bronchite ou pire, la coqueluche ? Amis auditeurs, vous pensez avoir la réponse, vite, n'attendez plus, adressez une carte postale au Vatican, choisissez-la, harmonieuse, spirituelle, et surtout n'oubliez pas : pour faire bisquer le Christ, glissez dans l'enveloppe, une petite photo de votre plus beau paréo !

La Résurrection du Christ (1501 - 1502), une peinture attribuée àRaphaël,est exposé au Musée d'Art de São Paulo, (Brésil). 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.